1er Outil d’Alignement des Investissements à la Taxonomie

« Essentielle pour mobiliser davantage de fonds publics et privés pour atteindre l’objectif de la neutralité carbone européenne d’ici 2050 » la taxonomie verte, est le premier système mondial de classification des activités économiques durables sur le plan environnemental (dont les deux premiers objectifs verront le jour fin 2020). On peut cependant d’ores et déjà imaginer que son application pour les investisseurs sera chronophage et complexe ; des raisons de plus pour accueillir tout outil de simplification.

Atteindre les objectifs de développement durable (ODD), les engagements de l’Accord de Paris et les autres objectifs environnementaux simultanément exigent des investissements substantiels bien au-delà de ce que le secteur public est capable de rassembler.

On ne le répétera jamais assez, la mobilisation et la réorientation des capitaux privés sont nécessaires pour faire face aux engagements climatiques, environnementaux et durables fixés par l’UE. Ce n’est pas moins de 180 milliards d’euros d’investissements supplémentaires nécessaires chaque année rien que pour aider l’Europe à répondre aux défis de changement et d’atténuation du climatique mondial.

Par leurs décisions de financement, d’investissement et de gouvernance, les investisseurs peuvent influencer les décisions prises par les entreprises et autres émetteurs de titres. Ces décisions ont un impact direct sur la question de savoir si – et comment – les objectifs tels que les ODD et l’Accord de Paris sont atteints.

La taxonomie de l’UE se destine à remodeler le paysage de l’investissement responsable en Europe – tant au niveau du corporate que des institutions – et à accélérer la réorientation des capitaux vers les objectifs du Plan d’Action pour la Finance Durable de la Commission Européenne.

Élaborée d’une part pour aider les grandes entreprises à planifier et à rendre compte de leur transition réelle conformément aux objectifs environnementaux de l’UE, les obligations de divulgation de la taxonomie encouragent la communication au travers du compte rendu (reporting) des progrès accomplis.

D’autre part, côté investisseurs, le PRI rappelle que d’ici la fin de 2021,

“les investisseurs qui proposent des fonds en Europe qualifiés de «durables sur le plan environnemental» devront expliquer comment et dans quelle mesure ils ont utilisé la taxonomie pour déterminer la durabilité des investissements sous-jacents.

Ils doivent également divulguer la proportion d’investissements sous-jacents alignés sur la taxonomie en pourcentage de l’investissement, du fonds ou du portefeuille.”

Comme attendus, les premiers résultats des études de cas de la taxonomie auprès des parties prenantes soulignent la lourdeur de cette méthodologie, mais fort heureusement, on lui reconnait aussi sa pertinence et son utilité quand il s’agit notamment de déchiffrer les scorings des fournisseurs de données et le grenwashing ordinaire.

«Bien que l’analyse détaillée et l’application en interne de la taxonomie de l’UE prennent beaucoup de temps, il est utile de comprendre tous les pièges. Cela devrait aider à évaluer la robustesse des approches adoptées par différents fournisseurs de données»

Commentaire d’un participant aux études de cas du PRI

C’est dans ce carde que Vigeo Eiris, filiale de Moody’s depuis 2019 et agence internationale de notation spécialisée dans l‘analyse des facteurs sociaux, environnementaux et de gouvernance, a lancé une version bêta d’un outil propriétaire de filtrage de l’alignement de la taxonomie.

Pour ce spécialiste, un nouveau produit faciliterant le reporting des investisseurs sur l’alignement de leurs investissements avec la taxonomie de l’UE était essentiel.

La solution de Vigeo Eiris veut offrir aux investisseurs une vue transparente et complète sur les trois composants nécessaires pour identifier l’alignement taxonomique, à savoir la contribution aux objectifs environnementaux définis, le respect des principes Do No Significant Harm et celui des principes de garanties sociales minimales.

Le filtrage d’alignement de la taxonomie de Vigeo Eiris est destiné à aider les investisseurs à intégrer des considérations de taxonomie dans leurs processus d’investissement. Le produit final sortira en janvier 2021.

«En rendant notre version bêta largement accessible, nous visons à faciliter le type de dialogue recommandé par les PRI et à accompagner les investisseurs dans la préparation de la mise en œuvre.»

Michael Notat – Directeur exécutif, Investisseurs chez Vigeo Eiris

«L’intégration de la taxonomie nécessite un effort et un engagement importants pour les investisseurs. Nous nous engageons à fournir au marché des ensembles de données granulaires de haute qualité qui soutiennent les investisseurs dans l’intégration, l’exécution et le reporting des éléments de taxonomie et de l’environnement ESG en évolution rapide en Europe. »

Emilie Beral, directrice exécutive – Méthodologie, innovation et qualité chez Vigeo Eiris

Comme l’a déclaré la rapporteure de la commission de l’environnement, Sirpa Pietikainen,

«la taxonomie de l’investissement durable est probablement le développement le plus important pour la finance depuis la comptabilité. Elle va changer la donne dans la lutte contre le changement climatique. Verdir le secteur financier est une première étape pour que les investissements servent la transition vers une économie neutre en carbone ».

Le projet de taxonomie européenne est ambitieux, et servira de référence sur le plan international. Des outils facilitant son application seront cependant sans doute nécessaires pour faire adhérer rapidement les parties prenantes, et élargir son application (qui à ce jour est destiné aux entreprises de plus de 500 employés, aux organisations déjà tenues de fournir une déclaration de performance extra-financière (DPEF) en vertu de la Directive sur l’information extra-financière (Non-Financial Reporting Directive), et aux acteurs des marchés financiers, institutions de supervision financière (type banques centrales) et tous les États membres lorsqu’ils établissent des mesures publiques, des normes, des labels pour des produits financiers verts ou des obligations vertes).

Article: Joana Foglia

Auteur de l’article : Wealth Monaco