stratégie d'allocation du capital des CFO

CFOs: Stratégie d’Allocation du Capital après Covid

Une nouvelle étude réalisée en partenariat avec Oxford Economics et EY indique que la stratégie d’allocation du capital des CFOs doit être revue


Les directeurs financiers (CFOs) conviennent que les effets de la pandémie de la COVID-19 sur les entreprises ont catalysé un changement majeur dans la stratégie d’allocation du capital. D’après la dernière enquête sur l’allocation du capital mondial en 2021 réalisée par Ernst & Young LLP (EY US), en partenariat avec Oxford Economics, plus de la moitié (56%) des directeurs financiers déclarent que leur stratégie d’allocation de capital doit être complètement repensée, et 80% concèdent que leur processus d’allocation du capital existant doit être amélioré. L’enquête* (au travers d’un sondage de 1050 CFOs dans le monde) révèle que pour améliorer les performances commerciales à long terme, les directeurs financiers et leurs entreprises doivent :

  • Définir l’état futur de leur entreprise avec plus de précision et aligner leur stratégie sur les feuilles de route de leurs plans d’investissements
  • Utiliser le processus d’allocation du capital pour stimuler l’agilité de l’entreprise
  • Se concentrer sur les bonnes métriques dans l’ère post-pandémique

«Les directeurs financiers disent que leur stratégie d’allocation de capital a besoin d’une refonte pour promouvoir l’agilité commerciale et la croissance à long terme. Ils leur faudra développer un processus d’allocation des capitaux adapté à un avenir qui pourrait être radicalement transformé par l’impact des technologies numériques, un lieu de travail en mutation et des modèles commerciaux en évolution. Trouver le juste équilibre entre rigueur et agilité permettra aux entreprises d’atteindre leurs objectifs de création de valeur tout en affrontant les perturbations à court terme et les contraintes de capital. »

Loren Garruto, EY Global and Americas Corporate Finance Leader

Aligner les plans d’investissements avec la stratégie d’entreprise

Alors que les dépenses en capital rebondissent, les directeurs financiers doivent décider quels investissements soutiennent le mieux leur stratégie d’entreprise. Des décisions qui posent de nombreux défis, en particulier quant il s’agit de suivre l’évolution rapide des demandes des clients et de la concurrence, de contourner les difficultés à obtenir le capital nécessaire pour financer tous les projets et de trouver le bon équilibre entre les mesures qualitatives et quantitatives.

Compte tenu de l’incertitude persistante, les directeurs financiers doivent déterminer lequel parmi les nombreux modèles d’entreprise continuera à progresser. Par exemple, la pandémie a surchargé les capacités numériques et le travail à distance, et il est raisonnable de penser que les entreprises continueront d’investir dans ces domaines pour une croissance future. En fait, les directeurs financiers désignent la technologie numérique comme le domaine dans lequel les investissements ont le plus augmenté de 2019 à 2020, et 62% affirment que la transformation numérique accélérée aura un impact sur l’allocation des capitaux à l’avenir.

«Alors que les directeurs financiers évaluent divers scénarios de marché à venir, ils doivent aligner leur stratégie et leur allocation de capital en conséquence. Tous les actifs ou secteurs d’activité ne conviendront pas; les directeurs financiers doivent identifier ce qui est nécessaire pour répondre aux demandes des clients et de la concurrence dans le futur. »

Loren Garruto, EY Global and Americas Corporate Finance Leader

L’allocation de capital pour stimuler l’agilité de l’entreprise

Pour financer l’avenir, les entreprises doivent prendre des décisions opportunes et impartiales sur la manière de redéfinir les priorités. Cependant, moins de la moitié des directeurs financiers déclarent pouvoir évaluer rapidement les menaces et les opportunités du marché et redéfinir en conséquence les priorités des investissements prévus. Cela peut nuire au rendement à long terme pour les actionnaires – seulement 47% des directeurs financiers affirment que leur processus d’allocation de capital permet efficacement d’atteindre leurs objectifs de rendement des actionnaires.

Compte tenu des obstacles, plus de la moitié (52%) des directeurs financiers affirment que l’accès aux données est le principal obstacle à une allocation optimale du capital, 42% indiquant un manque de capacités d’analyse des données. Des outils avancés de données et d’analyse, tels que les visualisations de données et les tableaux de bord, peuvent fournir aux entreprises la puissance nécessaire pour gérer la grande quantité de données et produire des informations utilisables pour la prise de décision.

«L’importance de l’amélioration continue du processus d’allocation du capital ne peut être sous-estimée. Compte tenu de la vitesse de l’évolution du marché, les directeurs financiers doivent suivre en permanence les progrès pour comprendre si les décisions sont mises en œuvre efficacement, ou apporter des modifications si nécessaire. Dans le même temps, les directeurs financiers ont besoin d’utiliser une technologie de pointe, des données et des cadres de gouvernance formalisés, mais aussi agiles, qui permettent une prise de décision rapide en matière de capital. »

Loren Garruto, EY Global and Americas Corporate Finance Leader

Repenser les métriques

Les entreprises sont également évaluées sur une plus grande variété de paramètres que par le passé, ce qui entraine des effets certains sur la façon dont la performance est mesurée. Les directeurs financiers indiquent qu’une multitude de paramètres sont devenus plus importants dans le processus d’allocation du capital au cours de l’année écoulée, avec des indicateurs qualitatifs, tels que la sécurité et les exigences règlementaires, l’impact sur la main-d’œuvre et l’alignement avec la stratégie de l’entreprise (64%).

Cela démontre que la pandémie a causé une révision du processus de prise de décisions, et qu’un ensemble plus large de parties prenantes exige de mieux comprendre la raison derrière chaque décision commerciale – cela inclue les employés, les clients, les régulateurs en plus du conseil d’administration et les investisseurs.

«La façon dont les entreprises sont désormais évaluées a évolué, et le suivi des bons indicateurs de performance (KPI) est essentiel pour créer de la valeur à long terme. Nous prévoyons que les entreprises utiliseront de plus en plus une approche de tableau de bord – qui combine des mesures qualitatives et quantitatives à la fois financières et extra financières – pour prendre des décisions d’investissement et suivre les progrès. »

Loren Garruto, EY Global and Americas Corporate Finance Leader

Source: Ernst & Young LLP – Oxford Economics

* En janvier et février 2021, Oxford Economics et EY ont interrogé 1050 directeurs financiers dans le monde et tous secteurs confondus. Les répondants provenaient d’entreprises dont le chiffre d’affaires était supérieur à 500 millions de dollars, dont 33% des revenus entre 500 millions et 4,9 milliards de dollars, 33% entre 4,9 milliards et 14,9 milliards de dollars et 33% des revenus supérieurs à 15 milliards de dollars.

Les industries étaient uniformément mixtes (environ 10% chacune) parmi les secteurs de la fabrication de pointe, de la vente au détail, de la technologie, des télécommunications, de l’automobile, des sciences de la vie, des soins de santé, des médias et du divertissement, des produits de consommation, et des transports. Plus de la moitié (60%) des répondants provenaient de sociétés cotées en bourse; 40% provenaient d’entreprises privées.

Les entreprises interrogées ont leur siège social aux États-Unis (50%); Canada (10%); Europe occidentale (20% au Royaume-Uni, en France et en Allemagne); et Asie-Pacifique (20%, en Chine, en Inde, au Japon et en Australie).

Auteur de l’article : Wealth Monaco