Initiative Internationale pour les Récifs Coralliens

Changement de Présidence de l’Initiative Internationale pour les Récifs Coralliens (ICRI)

Les récifs coralliens abritent plus d’un quart de la vie marine et génèrent chaque année 2.700 milliards de dollars en avantages économiques tels que le tourisme et la nourriture. Ils font partie des écosystèmes les plus diversifiés et les plus précieux de la planète, mais sont menacés d’extinction à un rythme plus accéléré que tout autre écosystème sur Terre. En raison du changement climatique, la moitié des récifs coralliens du monde sont morts au cours des 50 dernières années, et sans intervention drastique pour réduire les émissions de dioxyde de carbone, tous mourront d’ici la fin de ce siècle sous la trajectoire actuelle du réchauffement climatique.

Monaco est très fortement impliqué dans la recherche et la protection des coraux, au travers de diverses actions et organisations, dont l’Initiative Internationale pour les Récifs Coralliens (ICRI) au sein de laquelle, la Principauté a Présidée conjointement aux cotés de l’Australie et l’Indonésie durant 3 années consécutives. Une cérémonie virtuelle, honorée de la participation de S.A.S. le Prince Albert II, s’est tenue hier afin de passer la Présidence aux Etats-Unis d’Amérique.

A cette occasion, les intervenants ont dressé un bilan des résultats obtenus au travers de la mise en œuvre du plan d‘action 2018-2020, lequel avait été adopté lors de la 33ème assemblée générale de l’ICRI qui s’était tenue à Monaco en décembre 2018, et structuré autour des quatre thèmes suivants :

  • Promouvoir des solutions efficaces pour améliorer la protection des récifs coralliens
  • Comprendre les évolutions des récifs coralliens
  • Améliorer la compréhension du commerce de poissons vivants des récifs destinés à
    l’alimentation
  • Réduire les menaces anthropiques pesant sur les récifs coralliens

La collaboration de tous les membres de l’ICRI a permis de mettre en évidence les valeurs écologiques, sociales et économiques des récifs coralliens et les menaces cumulées auxquelles ils sont confrontés, et d’identifier les mesures à recommander aux décideurs politiques.

Dans un contexte international marqué par la préparation du nouveau cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020, l’ICRI a su créer une dynamique au sein des travaux de la Convention sur la Diversité Biologique, permettant ainsi la prise en compte des dernières informations scientifiques sur les récifs coralliens et les écosystèmes connexes dans le nouveau cadre mondial.

La Présidence qui s’achève pour Monaco a également permis de dynamiser le Réseau mondial de surveillance des récifs coralliens (GCRMN) dont le sixième Rapport a été officiellement lancé à l’occasion de cet événement.

« Les récifs coralliens, si fragiles mais si importants, sont actuellement gravement menacés. L’acidification océanique, le réchauffement mondial, la pollution : les causes de ces menaces sont multiples et particulièrement difficiles à traiter, dans la mesure où elles sont extrêmement diffuses et résultent de notre modèle de développement tout entier. Nous savons que des solutions existent pour protéger les coraux plus efficacement, pour atténuer les menaces qui pèsent sur eux et pour mieux comprendre par des recherches scientifiques la façon dont nous pouvons les sauver. »

S.A.S. Prince Albert II de Monaco

Ce Rapport présente les résultats de la plus grande analyse jamais réalisée sur l’état de santé des récifs coralliens dans le monde. Il permet de constater les effets de la hausse des températures de la surface de la mer et la disparition depuis 2009 de 14% des superficies de coraux. Cependant, le rapport montre que de nombreux récifs coralliens dans le monde demeurent résilients et peuvent se reconstituer si les conditions le permettent. Un espoir est donc permis pour la santé à long terme des coraux, à condition que des mesures immédiates soient prises pour stabiliser les émissions de CO2 et ainsi limiter le réchauffement.

Sous la direction de S. E. M. Bernard Fautrier, Conseiller spécial de S.A.S. le Prince Souverain chargé des questions d’environnement, plusieurs acteurs de la Principauté se sont mobilisés au cours de ce mandat : la Fondation Prince Albert II et le Département des Relations Extérieures et de la Coopération ont collaboré pour la coordination du Secrétariat ICRI et le Centre Scientifique de Monaco a contribué de manière significative aux travaux concernant la restauration récifale.

Monaco restera mobilisé au sein de l’ICRI et se tiendra aux côtés de la nouvelle présidence pour continuer à œuvrer à la protection de cette faune marine si fascinante.

Cette fois, notamment au travers d’un autre engagement d’importance de la part de Monaco avec le lancement et le soutien depuis 2020, du Fonds mondial pour les récifs coralliens (GFCR, ou le Fonds); un véhicule de financement mixte qui ambitionne de lever et d’investir $500 millions dans la conservation des récifs coralliens au cours des 10 prochaines années. Le GFCR est une initiative multipartite qui comprend les acteurs publics, philanthropiques, et privés dont, la Fondation Prince Albert II, la Fondation Paul G. Allen, Mirova, BNP Paribas, l’ UNDPUNEP, et l’UNCDF.

Article: Joana Foglia – Source: Direction de la Communication du Gouvernement Princier de la Principauté de Monaco

Auteur de l’article : Wealth Monaco