mains

Comprendre les préférences des bénéficiaires en matière de durabilité

Les PRI ont réalisé une étude sur la manière dont les préférences des bénéficiaires et leurs attentes ESG sont comprises par les signataires des PRI


Comprendre les préférences des bénéficiaires en matière de durabilité et d’attentes ESG revêt une importance croissante pour les investisseurs institutionnels . Les PRI soutenus par les Nations Unies, ont pour mission d’aider les investisseurs ; ils ont récemment recherché à identifier la manière dont les investisseurs institutionnels intégraient les préférences des bénéficiaires (un aspect fondamental de la stratégie d’investissement, de la politique et de l’allocation stratégique d’actifs d’un propriétaire d’actifs) et ont pour cela publié un guide intitulé – Comprendre et s’aligner avec les préférences des bénéficiaires en matière de durabilité.

Au total, 14 signataires, principalement des investisseurs institutionnels, ont partagé leurs points de vue avec les PRI, y compris les principales pratiques à suivre, les défis rencontrés et la manière de les surmonter.

Pourquoi intégrer les préférences de durabilité des bénéficiaires? La première section du guide explique ce qui pousse les investisseurs institutionnels à rechercher et à intégrer les préférences des bénéficiaires, quels sont les avantages de le faire et ce que l’on sait des préférences à ce jour.

Les bénéficiaires sont les principaux pourvoyeurs de capitaux qui permettent au système financier de fonctionner et au domaine de l’investissement responsable d’exister. Il est primordial que les bénéficiaires comprennent leurs véritables intérêts et les placent au centre de la prise de décision en matière d’investissement. Alors que les intérêts des bénéficiaires ont souvent été interprétés comme étant uniquement la recherche d’un certain rendement financier, il est devenu évident que de nombreux investisseurs ont des préférences liées à la performance de durabilité de leurs investissements. Ils sont également de plus en plus conscients que ces investissements les affectent à d’autres titres: en tant qu’employés, consommateurs, membres de la communauté et citoyens.

La consultation croissante avec les bénéficiaires est motivée par plusieurs facteurs, notamment : un paysage règlementaire en évolution; une reconnaissance accrue parmi les investisseurs institutionnels que les investissements doivent refléter les valeurs de leurs bénéficiaires; les avantages que les propriétaires d’actifs en retirent; et la sensibilisation des bénéficiaires au rôle et au pouvoir que jouent leurs épargne dans le monde, soutenue par les médias et les campagnes publicitaires.

Ce changement offre aux investisseurs institutionnels une opportunité significative d’améliorer la satisfaction et l’engagement des bénéficiaires en alignant les pratiques d’investissement sur les préférences des bénéficiaires, créant ainsi un cercle vertueux où les deux parties voient les avantages d’un engagement.

Il n’est pas encore très courant pour les investisseurs institutionnels d’être obligés d’intégrer de manière proactive les préférences des bénéficiaires dans leur stratégie ou leur prise de décision. Cependant, les tendances récentes indiquent qu’une plus grande prise en compte des préférences et des intérêts globaux des bénéficiaires sera probablement l’objectif de la politique de financement durable à l’avenir.

Le dialogue avec les bénéficiaires sur leurs préférences donne aux investisseurs institutionnels la possibilité d’améliorer la compréhension et la perception qu’ont les bénéficiaires de leurs investissements, en démontrant comment cette épargne interagit avec leur vie quotidienne et les résultats positifs auxquels ces capitaux peuvent contribuer.

En particulier parmi les fonds de pension, où il y a souvent un manque d’engagement des bénéficiaires vis-à-vis de leur épargne-retraite.

L’intérêt des bénéficiaires pour l’investissement durable s’est «considérablement accru» ces dernières années. Diverses enquêtes dans le monde indiquent que les bénéficiaires s’attendent de plus en plus à ce que leur argent soit investi de manière responsable et, dans certains cas, expriment une volonté de relayer les rendements financiers en deuxième rang après celui de l’impact ou de la performance durable.

  • En 2019, la plus grande enquête jamais réalisée au Royaume-Uni sur l’investissement durable a révélé que 68% des épargnants souhaitent que leurs investissements prennent en compte l’impact sur les personnes et la planète, parallèlement à la performance financière.
  • Deux enquêtes universitaires ont montré que 68% des bénéficiaires d’un fonds de pension néerlandais ont voté pour un engagement renforcé sur la base des objectifs de développement durable (ODD). Une majorité de ceux qui pensaient que cela entraînerait une baisse des rendements financiers ont quand même opté pour le changement.
  • Une enquête à la suite des incendies australiens de 2019-2020 a révélé que 4 Australiens sur 5 souhaiteraient que leur fonds de pension et leurs banques communiquent les résultats positifs et négatifs des investissements et de l’épargne.
  • Une enquête de 2020 a révélé que 60% des Néo-Zélandais seraient motivés d’épargner et d’investir plus pour générer une différence positive sur l’environnement et la société.
  • Le participant médian d’une récente étude américaine a préféré une option de fonds plus durable même si cela impliquait de sacrifier un rendement annuel de 2,5%.
  • Une étude a révélé un faible niveau de sensibilisation à l’investissement responsable des fonds de pension au Japon, mais d’une plus grande préférence des épargnants pour l’investissement responsable, lorsque ceux-ci sont informés de ce que l’IR signifie.
  • Une enquête mondiale YouGov commandée par les PRI a révélé que plus de 90% des bénéficiaires au Brésil et en Afrique du Sud soutenaient l’investissement responsable, tandis que la plupart des bénéficiaires de ces régions jugeaient «très important» que leurs retraites ne soient pas investies dans des entreprises exploitant des combustibles fossiles.

Comment comprendre et s’aligner sur les préférences des bénéficiaires? La deuxième section de ce guide présente un processus en quatre étapes pour comprendre les valeurs fondamentales avec lesquelles les bénéficiaires souhaitent que les investissements soient cohérents et aider les investisseurs institutionnels à répondre à ces attentes.

Le guide PRI est disponible ici

Source: PRI

Auteur de l’article : Wealth Monaco