Air Liquide

Décarbonisation de l’industrie: l’actualité de Air Liquide

Production d’acier bas carbone

Air Liquide et ArcelorMittal ont signé cette semaine un protocole d’accord ayant pour objectif l’implémentation de solutions pour la production d’acier bas carbone à Dunkerque.

Les deux entreprises s’associent pour transformer le procédé de production de l’acier par le développement de solutions innovantes impliquant l’usage d’hydrogène bas carbone et des technologies de captage de CO2. 

Dans le contexte de l’Accord de Paris et du Pacte Vert (Green Deal) européen, et conformément aux engagements d’Air Liquide et d’ArcelorMittal en faveur de la transition énergétique, le projet contribuera à réduire les émissions annuelles de CO2 des unités de production du site de production d’acier d’ArcelorMittal à Dunkerque de 2,85 millions de tonnes d’ici 2030. 

Air Liquide et ArcelorMittal ont déposé une demande de financement de grands projets dans le cadre du programme IPCEI (Projet Important d’Intérêt Européen Commun) pour l’hydrogène. Ce financement par les programmes européens et/ou français de soutien à la décarbonation est clé pour la mise en œuvre du projet.

Ce partenariat est une première étape vers la création d’un nouvel écosystème autour de l’hydrogène bas carbone et du captage de CO2 dans ce bassin industriel majeur.

Electricité renouvelable

Air Liquide a signé un contrat d’achat d’électricité de long terme avec Vattenfall, un des principaux fournisseurs européens d’énergie, pour acheter la production d’une capacité de 25 mégawatts d’énergie éolienne aux Pays-Bas. Après les contrats d’achat à long terme d’électricité renouvelables signés aux Etats-Unis et en Espagne, il s’agit du premier contrat du Groupe aux Pays-Bas.

Grâce à ce contrat d’une durée de 15 ans, Air Liquide alimentera en énergie renouvelable certaines de ses unités de production de gaz industriel et médical aux Pays-Bas. Cela inclut la première unité de production d’oxygène de taille mondiale adaptée à un réseau électrique recourant aux énergies renouvelables, que le Groupe est en train de construire dans le port de Moerdijk.

L’énergie renouvelable proviendra d’une ferme éolienne offshore située à une distance de 18 à 36 kilomètres des côtes néerlandaises. Cette ferme éolienne, qui sera la première au monde à ne pas être soutenue par des subventions publiques, est en cours de développement et devrait être opérationnelle à l’horizon 2023.

Sur la durée du contrat, Air Liquide s’approvisionnera en électricité renouvelable à hauteur d’environ 15 % de sa consommation actuelle aux Pays-Bas. La quantité d’électricité renouvelable consommée permettra d’éviter l’émission de 750 000 tonnes de CO2 sur la durée du contrat. Cet accord permettra à Air Liquide de renforcer son offre de solutions bas carbone à des prix compétitifs et d’offrir à ses clients la possibilité d’augmenter la part de renouvelable dans leurs produits finaux.

Electrolyseurs à hydrogène bas carbone de très haute pureté

Annoncé le 20 Avril 2020 dans le cadre d’un investissement global de 200 millions d’euros, Air Liquide, à travers sa co-entreprise détenue en majorité Air Liquide Far Eastern (ALFE), a terminé la première phase de l’installation des électrolyseurs à hydrogène que le Groupe est entrain de construire dans les parcs scientifiques de Tainan et Hsinchu.

Ces capacités permettront de produire jusqu’à 5 000 Nm3 par heure d’hydrogène d’une très haute pureté. Cette première étape importante franchie, le Groupe va poursuivre la mise en service de ces unités d’électrolyse à Taiwan avec les étapes 2 à 5 du projet au cours des deux prochaines années, pour une capacité totale de 25 MW.

Ces unités de production permettront à Air Liquide de répondre à la demande émergente en hydrogène de très haute pureté pour de la lithographie EUV (Extreme Ultraviolet Lithography) et de s’appuyer sur un mode de production moins impactant pour l’environnement afin de soutenir les objectifs environnementaux de clients majeurs de l’industrie des semi-conducteurs à Taiwan.

L’achèvement de ce projet et l’alimentation de ces unités de production d’hydrogène en énergie renouvelable permettra d’éviter l’émission directe de plus de 35 000 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an, en comparaison d’un mode de production d’hydrogène traditionnel.

Cette nouvelle source locale d’approvisionnement d’hydrogène bas carbone permettra de renforcer encore la position de leader de Taiwan dans l’industrie des semi-conducteurs. En outre, l’exploitation de ces capacités de production d’hydrogène – s’ajoutant à deux autres sites déjà opérés par Air Liquide à Taiwan – permettra également de promouvoir l’hydrogène bas carbone pour des usages utilisant des piles à combustible, et de soutenir l’émergence de projets de stockage ou de mobilité hydrogène dans la région.

Article: Joana Foglia – Source: Air Liquide, ArcelorMittal

Auteur de l’article : Wealth Monaco