Des cyberacheteurs de plus en plus éco-responsables

KPMG et la FEVAD publient la 4e édition de l’étude dédiée à l’innovation dans le e-commerce Français, qui apporte cette année une réflexion inédite sur la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) dans ce secteur.

Si personne n’est en mesure de prédire les impacts de la crise sanitaire sans précédent du Covid-19, il semble y avoir un consensus sur le fait que cette crise, comme beaucoup d’autres auparavant, va agir comme un accélérateur de tendances :

  • accélération de la prise de conscience environnementale des cyberacheteurs,
  • accélération de la digitalisation des commerces physiques,
  • et accélération de la commande en ligne et de la livraison à domicile.

La dernière étude de KPMG et de la FEVAD s’appuyant sur des enquêtes réalisées en France auprès de cyberacheteurs, de e-marchands, et sur le témoignage d’acteurs clés du e-commerce (pure-players, marques engagées, e-retailers, prestataires logistiques et éco-organismes) met en évidence la prise de conscience environnementale des cyberacheteurs qui s’accélère nettement sous l’effet de la Covid-19.

Ils sont ainsi 70% à privilégier les sites qui mettent en avant une démarche éco-responsable ; et 53% (62% parmi ceux de la génération Y) à déclarer tenir compte d’éléments environnementaux, responsables ou éthiques dans leurs habitudes de consommation en ligne.

Cette prise en considération d’éléments RSE conduit en particulier les cyberacheteurs à :

  • regrouper les commandes afin de limiter les livraisons (pour 71% d’entre eux),
  • à privilégier l’achat auprès de sites nationaux (68%),
  • à favoriser la livraison en point relais (66%),
  • à envisager l’achat de produits issus de l’économie circulaire (51%).

45% des cyberacheteurs ont déjà acheté un produit issu de l’économie circulaire (reconditionné, recyclé, ou d’occasion) et 94% d’entre eux déclarent trier les emballages de leurs commandes pour permettre leur recyclage et/ou les réutiliser.

Le prix reste toutefois, aujourd’hui encore, le principal facteur de décision, avec plus de 75% des cyberacheteurs qui ont acheté des produits reconditionnés ou issus du recyclage pour des raisons budgétaires plutôt qu’environnementales, et seulement 44% des cyberacheteurs qui diminuent volontairement leur consommation pour des raisons environnementales.

En parallèle, les acteurs du e-commerce s’emparent du sujet et s’interrogent sur les manières de s’adapter aux nouveaux comportements des consommateurs, qui se profilent comme une tendance à long terme.

Ils devront développer des initiatives RSE afin de répondre aux défis environnementaux d’aujourd’hui et de demain, en proposant:

  • des produits éco-responsables,
  • en favorisant l’économie circulaire,
  • en faisant évoluer les schémas logistiques
  • en repensant les emballages d’expédition

Ainsi, 80% des e-marchands ont déjà mis en place (ou sont en train de mettre en place) des initiatives environnementales en matière d’information du consommateur, de réduction de l’empreinte environnementale de leur activité ou encore de prise en compte de démarches éco-responsables dans le choix des partenaires.

« Toutes nos études le montrent : les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux engagements RSE des entreprises. Les sites de e-commerce l’ont bien compris, et beaucoup d’entre eux ont décidé d’en faire un axe stratégique de développement. Répondre aux nouvelles attentes des clients en matière d’éco-responsabilité fait très clairement partie des grands défis à relever pour les acteurs du e-commerce. Ceux qui y parviendront avec succès seront certainement en position de se créer de nouvelles opportunités et un avenir meilleur ».

Marc Lolivier, Délégué général de la FEVAD

Avec une nette augmentation des ventes de produits et services en France sur internet de plus de 5% au 2ème trimestre 2020, de 83% pour les achats en ligne auprès des enseignes magasins et de 50% sur les places de marché (selon la FEVAD), l’e-commerce devient une offre indispensable pour Monaco.

Pour s’y préparer, le Gouvernement Princier a mis en place le fonds bleu spécialement dédié au numérique dont la mission est d’accélérer la transformation de l’économie et l’adhésion des acteurs locaux aux plateformes de e-commerce, au travers de formation, d’équipement et d’accompagnement des entreprises.

« Ce fonds sera initialement doté d’un montant de 20 millions d’euros. Il sera actif dès janvier 2021, et a minima sur les trois prochaines années, car notre engagement s’inscrit dans la durée, nous voulons nous donner les moyens de transformer en profondeur, il ne s’agit pas d’un “one shot”.»

Frédéric Genta – Délégué interministériel chargé de la transition numérique de la Principauté de Monaco

À ce jour, l’adhésion de 130 entités monégasques (institutions, entreprises ou associations) au Pacte National pour la Transition Energétique traduit un fort engagement local envers les considérations environnementales, qui pourrait présager d’une offre e-commerce monégasque également écoresponsable.

Article: Joana Foglia – Sources: FEVAD, KPMG, Extended Monaco

Auteur de l’article : Wealth Monaco