L’entreprise leader de l’évaluation et de l’amélioration de la performance RSE des entreprises devient la 27e licorne française.

La startup française EcoVadis spécialisée dans l’évaluation et l’amélioration de la performance RSE des entreprises, vient d’annoncer la clôture d’un tour de table (série D) lui permettant de lever 500 millions de dollars. Elle devient ainsi la 27e licorne tricolore.

Si le contexte des marchés financiers ont rendu les discussions “un peu plus compliquées, (…) les fondamentaux de la société” fondée en 2007 ont été préservés à l’issue de ce tour de table, assure sur BFM Business Frédéric Trinel, co-PDG d’EcoVadis. Et “la prise de conscience” est aujourd’hui “telle” autour de la RSE “que cela a largement compensé la morosité ambiante sur les marchés”.

“Cet investissement confirme la pertinence de notre modèle consistant à s’assurer de la qualité et de la durabilité des chaînes d’approvisionnements mondiales, et ce, malgré les pandémies, les difficultés géopolitiques ou financières. Plus que jamais, nous allons continuer à accompagner les entreprises – y compris les PME et les entreprises privées – à chaque étape de leur parcours RSE pour leur apporter les meilleures pratiques et leur assurer un impact à grande échelle.”

Fondateurs et PDG de l’entreprise, Frédéric Trinel et Pierre François Thaler.

95.000 clients

Cette levée de fonds, la plus importante réalisée sur le marché de la RSE porte à 725 millions de dollars le total des capitaux levés par EcoVadis. Grâce à elle, l’entreprise va pouvoir “financer son développement à l’international, renforcer ses outils d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique, réaliser des acquisitions stratégiques et concrétiser sa vision d’entreprise à mission.”

Aujourd’hui, 95.000 entreprises de 175 pays utilisent la solution d’EcoVadis pour “évaluer et améliorer les performances RSE de leurs chaînes d’approvisionnement“. La plateforme collaborative développée par la start-up est notamment utilisée par ses clients dans “la gestion de leurs émissions carbone, le capital-investissement, les prêts liés à la RSE, le financement de la chaîne d’approvisionnement, le risque et la résilience des tiers et plus encore.”

Sur les douze mois écoulés, la start-up a vu son chiffre d’affaires bondir de 50% et ses effectifs grimper à 1.300 employés.