empreinte carbone bitcoin

Empreinte Carbone du Bitcoin

Est-ce compatible d’allouer une partie de son portefeuille aux Bitcoins tout en étant un investisseur soucieux de l’avenir de la planète et des risques environnementaux des cryptomonnaies? Et le Bitcoin est-il seul responsable de cet impact tant décrié?


Exemple d’une solution de compensation de l’empreinte carbone du Bitcoin

La croissance rapide de Bitcoin a suscité certaines inquiétudes quant à l’empreinte carbone liée à l’exploitation minière de la cryptomonnaie. En 2021, le Bitcoin devrait consommer environ 1% de l’électricité mondiale et malheureusement, les preuves, selon lesquelles plus de 60% de l’activité minière du Bitcoin dépendrait des combustibles fossiles, s’accumulent.

Il en résulte, selon ImpactScope, une empreinte carbone du Bitcoin de 36 millions de tonnes de CO₂ par an, soit l’équivalent de 2,5 millions de voitures diesel.

Les investisseurs qui explorent des solutions de placement dans les cryptomonnaies pour diversifier leurs actifs, sont parfois démunis quand il s’agit d’obtenir des données scientifiques sur la consommation d’énergie et l’empreinte carbone du Bitcoin et des monnaies virtuelles.

Pour résoudre ce problème, Ninepoint – société de gestion de placements non traditionnels au Canada supervisant environ 8 milliards de dollars d’actifs sous gestion – s’est associée à CarbonX, une fintech de logiciels environnementaux qui permettent de conduire la transformation vers une économie mondiale à faible émission de carbone, et qui, par le biais de sa marque Zerofootprint®, fournit des services d’analyse des émissions de carbone et de compensation des émissions de carbone.

Grace à ce partenariat, Ninepoint propose un fonds de Bitcoin neutre en carbone – le FNB Bitcoin Ninepoint – destiné aux investisseurs qui recherchent une exposition au Bitcoin, tout en étant attirés par des occasions de placement qui respectent les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance.

CarbonX, ainsi que le Crypto Carbon Ratings Institute, une autorité de premier plan qui fournit des estimations scientifiques de la consommation d’énergie et de l’impact environnemental des cryptomonnaies, fourniront l’analyse de l’empreinte carbone et des solutions de compensation de carbone pour ce Fonds en ayant recours à des compensations de carbone au travers de projets qui répondent aux normes mondiales les plus élevées.     

« En compensant l’empreinte carbone de notre FNB Bitcoin, nous respectons notre engagement à offrir aux investisseurs de meilleurs moyens de diversifier leurs portefeuilles. »

John Wilson, codirecteur général et associé directeur de Partenaires Ninepoint

Plus précisément, par le biais de cette entente, Ninepoint soutient divers projets de conservation de la forêt amazonienne qui, en plus d’empêcher le rejet de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, contribuent tous aux objectifs de développement durable des Nations Unies, ce qui a un impact positif direct sur la vie des populations locales de la région.

Cependant il s’agit d’une démarche de compensation de l’empreinte carbone du Bitcoin et non de réduction des émissions de carbone. Tous les coûts de compensation de l’empreinte carbone du Fonds seront payés par le gestionnaire, Ninepoint, à partir de ses frais de gestion, et non par les porteurs de parts du Fonds.

« Le Bitcoin est à la fois une catégorie d’actifs en croissance rapide et une technologie financière de plus en plus importante. Nous devons tous faire notre part pour que le Bitcoin se développe de manière plus durable. Ninepoint montre au monde une façon de le faire. Les investisseurs veulent de plus en plus de véritables solutions ESG pour leurs portefeuilles, sans pour autant sacrifier la diversification. Je pense que le FNB Bitcoin Ninepoint offre le meilleur des deux mondes et pourrait être un modèle pour notre secteur. »

Alex Tapscott, directeur général du Groupe des actifs numériques chez Ninepoint

Avant sa conversion approuvée par les porteurs de parts en un fonds négocié en bourse, le FNB Bitcoin Ninepoint était un fonds d’investissement à capital fixe avec plus de 300 millions de dollars d’actifs. Le FNB Bitcoin Ninepoint se négocie à la Bourse de Toronto (« TSX ») en dollars américains sous le symbole « BITC.U » et en dollars canadiens sous le symbole « BITC ».

L’impact environnemental du numérique

Bitcoin et Ethereum (ainsi que les cryptos qui dépendent de ETH) sont très décriés pour leur impact environnemental ; elles fonctionnement en Proof of Work (PoW), une validation par preuve de travail qui sert à réduire les éventuelles malversations et d’effectuer des transactions rapides et sécurisées. Ces PoW sont très énergivores car elles nécessitent une quantité importante de computations. En revanche, le Proof-of-stake (PoS) permettrait d’alléger considérablement l’empreinte carbone de la blockchain, et si certains détracteurs reprochent au PoS un manque d’équité pour les mineurs, cette pratique pourrait être généralisée dans l’objectif de réduire l’impact environnemental des cryptomonnaies.

Mais le monde du numérique ne cesse de croître et de s’inventer. Récemment, de nouveaux véhicules d’investissement se sont ajoutés aux cryptomonnaies : les NTF, ces œuvres d’art numériques que personne n’a sans doute manqué de remarquer. Une fois de plus, les investisseurs désireux d’allouer leurs actifs dans des placements alternatifs sans toutefois s’exposer à des risques ESG se retrouvent face à de nombreuses incertitudes en termes d’empreinte environnementale. Ces NFT seraient en effet peu écologiques avec une consommation annuelle en CO2 équivalente à celle d’un citoyen européen. Le site Github propose pour les intéressé(e)s une liste des plateformes du marché de l’art eco-friendly comme KodaDot ; Viv3NBA topshots); hic et nunc ; Kalamint ; SIGN Art ; Atomic ; Pixeos ; Paras ; NFTshowroom ; Eporio ; Solible ; Lovada ; Stellar NFT

S’il est en effet essentiel de prendre en compte l’empreinte du Bitcoin et des cryptomonnaies, il serait plus juste de considérer le monde du numérique dans son ensemble en incluant la Blockchain, les Clouds et datas centers par exemple, sans uniquement cristalliser sur les cryptomonnaies qui ne constituent qu’une partie de cet écosystème numérique.

Rester informé(e)

C’est le rôle par exemple de l’Energie Web Foundation qui tend à libérer le potentiel des technologies décentralisées à faible émission carbone, et qui en partenariat avec l’Alliance for Innovative Regulation, et le Rocky Mountain Institute (RMI) ont lancé le Crypto Climate Accord, une initiative menée par le secteur privé pour l’ensemble de la communauté crypto axée sur la décarbonisation de l’industrie de la crypto-monnaie en un temps record.

Des sociétés spécialisées proposent également de compenser les émissions carbone de nos Bitcoins. C’est le cas par exemple de ImpactScope, entreprise basée à Genève qui fournit des solutions de compensation CO₂ à tous les adeptes de la crypto, aux mineurs de bitcoins et aux marchés des actifs numériques. Une fois calculée, le portail d’ImpactScope permet de sélectionner parmi trois projets environnementaux afin de compenser la quantité de tonnes de carbone équivalent. Le coût est d’environ 20 dollars pour compenser trois transactions onchain.

Les investisseurs peuvent aussi acquérir plus d’informations sur le site Digiconomist, qui constitue une véritable plateforme dédiée à renseigner sur les conséquences involontaires des tendances numériques d’un point de vue économique.

Le site Cell fournit également des études avancées sur les problématiques liées au Bitcoin et autres cryptomonnaies. Ce lien est un accès direct aux dernières études menées au cours des 12 derniers mois.

Article: Joana Foglia – Empreinte Carbone du Bitcoin

Auteur de l’article : Wealth Monaco