Robeco

Enquête Robeco “Global Climate 2021”

Robeco a publié son enquête “Global Climate 2021” révélant le virage pris par les grands investisseurs en matière de changement climatique et de décarbonisation.

La lutte contre le changement climatique est devenue la priorité des investisseurs. Mais comment les gestionnaires d’actifs gèrent-ils un problème qui est à la fois une menace et une opportunité?

Pour le savoir, Robeco a commandé une enquête qui posent des questions approfondies à plus de 300 grandes institutions, et investisseurs en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, représentant environ 20% des actifs mondiaux (environ $23.400 milliards sous gestion) ).

Changement climatique et décarbonisation

L’enquête montre comment les investisseurs appréhendent les opportunités et les risques associés au changement climatique. Réalisée par CoreData Research, l’enquête «Global Climate 2021» de Robeco montre que le changement climatique est déjà un facteur important dans la politique d’investissement auprès des trois quarts (73%) des investisseurs interrogés. Presque tous les répondants ont indiqué qu’ils ont déjà formalisé une politique sur le changement climatique ou que le climat sera intégré dans le cadre d’une politique de durabilité plus large dans un proche avenir.

L’une des voies possibles vers une économie à faibles émissions de carbone consiste à fixer des objectifs d’émissions nettes de carbone nulles. Si le nombre d’investisseurs qui ont déjà fixé un objectif net de zéro est relativement faible (17%), il est sur une trajectoire ascendante qui devrait concerner plus de la moitié de tous les investisseurs (52%) au cours des cinq prochaines années. Le changement aura lieu principalement en Europe et en Amérique du Nord, où plus de 60% des investisseurs prévoient d’adopter un objectif zéro carbone dans les 5 ans. La région APAC est en retard, avec seulement 29% des investisseurs qui se préparent à faire de même.

Quelque 86% des investisseurs considèrent le changement climatique comme un facteur important de leur politique d’investissement dans les deux prochaines années, ce qui confirme que la décarbonisation est bien engagée.

Cette prise de conscience croissante de la nécessité de la décarbonisation et de de la transition d’une dépendance aux énergies fossiles vers une économie à faible émission carbone est très claire parmi les grands investisseurs.

La plupart pensent que les énergies renouvelables font partie de la solution: 81% ont déclaré que les énergies solaire, éolienne et hydrogène ouvriraient la voie vers la transition énergétique. Et 66% ont déclaré qu’ils concentreraient leurs efforts de décarbonisation sur leur portefeuille actions pour y parvenir au cours des une à deux prochaines années.

L’enquête a révélé que le désinvestissement des actifs à forte intensité carbone sera très fort au cours des cinq prochaines années. Et pourtant, plus de 40% des investisseurs dans le monde n’ont pas encore cédé leurs actifs à forte intensité carbone ces cinq dernières années. Ce chiffre devrait tomber à seulement 19% pour les investisseurs institutionnels et à 25% pour les investisseurs de gros au cours des cinq prochaines années.

Dans le même temps, il y a une demande évidente d’expertise spécialisée, de soutien et d’éducation sur le changement climatique, avec 44 % des personnes interrogées qui considèrent que le manque de données et de rapports est le principal obstacle à la mise en œuvre de la décarbonisation.. Ce pourcentage est encore plus élevé en Europe (58%). Dans la région APAC, la pénurie de stratégies d’investissement bas carbone adaptées est la principale préoccupation (54%), et l’Amérique du Nord considère le manque d’expertise interne sur la décarbonisation comme le plus grand défi (45%).

Les obstacles à la décarbonisation comprennent les modes de vie des gens et le manque de données

“Le passage à une économie à faible émission carbone nécessite un effort mondial, dans lequel les gouvernements, les régulateurs, le secteur des entreprises et les particuliers jouent tous un rôle. Cette enquête montre que la grande majorité des investisseurs s’engagent à lutter contre le changement climatique, ce qui est un signe prometteur. Cependant, elle a également révélé un important déficit de connaissances lorsqu’il s’agit de comprendre pleinement ces questions majeures, de nombreux investisseurs ne sachant pas par où commencer ni comment faire la différence. C’est maintenant qu’il faut agir. En tant que leader mondial de l’investissement durable, nous considérons qu’il est de notre devoir de partager notre passion et notre expertise avec ceux qui ne l’ont pas encore pleinement adoptée, afin qu’ensemble nous puissions relever l’un des plus grands défis auxquels l’humanité est confrontée : la crise climatique.”

Gilbert Van Hassel, CEO Robeco

L’enquête est disponible ici

Source: Robeco

Auteur de l’article : Wealth Monaco