man standing on black rock surrounded body of water

Essor des Investissements ISR des Fortunes Privées

Un nouveau rapport de recherche de Campden Wealth, Global Impact Solutions Today (GIST) et Barclays Private Bank, révèle un essor des investissements positifs à impact social et environnemental chez les fortunes privées et family offices. En effet, la part de ces investissements dans leur portefeuille devrait presque doubler, en passant de 20 % en 2019 à 35 % d’ici à 2025.

La plateforme « Investing for Global Impact: A Power for Good », désormais active depuis sept ans, fournit des informations exclusives sur les comportements et les actions des personnes, des familles, des family offices et de leurs fondations les plus affluentes au monde, en ce qui concerne la création d’un impact positif avec leur capital. Pour servir de référence mondiale à tous ceux qui s’intéressent à l’investissement d’impact et à la philanthropie, les données de cette étude ont été recueillies auprès de plus de 300 participants issus de 41 pays, avec un patrimoine net moyen de 876 millions de dollars et un patrimoine cumulatif net estimé à 264 milliards de dollars. Par ailleurs, le rapport contient également des études de cas portant sur d’éminents investisseurs et philanthropes.

Les fortunes privées optent de plus en plus pour l’investissement d’impact

La proportion d’investisseurs fortunés qui consacrent plus de 20 % de leur portefeuille à l’investissement d’impact devrait passer de 27 % à 39 % dès l’année prochaine. Et un quart (27 %) d’entre eux prévoient d’y consacrer plus de 50 % d’ici à cinq ans. En effet, la proportion moyenne attribuée à l’investissement d’impact dans le portefeuille de ces investisseurs devrait enregistrer une hausse et passer de 20 % en 2019 à 35 % d’ici à 2025.

À l’origine de cette tendance, la conviction partagée par deux répondants sur cinq (38 %) qu’il en va de leur responsabilité de participer à la création d’un monde meilleur. Un quart d’entre eux (24 %) estiment que cette approche améliorera le rendement et les profils de risque, et 26 % cherchent à montrer qu’un patrimoine familial peut créer des résultats positifs à travers le monde.

Le changement climatique, première menace mondiale

La majorité des investisseurs (82 %) estiment avoir une certaine responsabilité envers le soutien d’initiatives environnementales et sociales à l’échelle mondiale. Plus spécifiquement, ils sont un peu plus de la moitié (52 %) à penser que les impacts à long terme du changement climatique constituent la plus grande menace sur le monde à l’heure actuelle. Et environ quatre participants sur cinq (83 %) se disent déjà préoccupés par les effets du changement climatique observé sur la planète. Par conséquent, neuf participants sur dix (87 %) indiquent que le changement climatique joue un grand rôle dans leurs choix d’investissement.

Alors qu’un peu plus de la moitié (53 %) des investisseurs fortunés déclarent que l’Europe donne l’exemple en matière d’initiatives neutres en carbone, ils sont 86 % à souhaiter que les gouvernements agissent davantage en ce sens. En parallèle, quatre investisseurs sur cinq (81 %) reconnaissent le rôle des capitaux privés dans la lutte contre le changement climatique. Dans cette optique, deux répondants sur cinq (39 %) aimeraient connaître l’empreinte carbone de leur portefeuille pour procéder à des investissements mieux informés, tandis qu’un sur cinq (19 %) a déjà accès à cette information.

Parmi ceux qui connaissent les données liées à leur empreinte carbone, 13 % d’entre eux les prennent en compte lorsqu’ils font de nouveaux investissements et 9 % en profitent pour réduire activement cette empreinte jusqu’à atteindre un certain objectif. Cela montre que l’accès à davantage d’informations sur les émissions de carbone permet de créer un plus fort impact positif mondial.

Crise du Covid-19 : sonnette d’alarme qui augmente l’intérêt pour l’investissement durable

L’épidémie de Covid-19 a accentué la perception du monde environnant, et sept participants sur dix (69 %) déclarent que la crise a un impact sur leur façon d’appréhender les investissements et l’économie. Près de la moitié des répondants (49 %) pensent que les investissements n’enregistreront pas de « retour à la normale », même une fois la crise derrière nous, et un sur cinq (22 %) sont convaincus que l’investissement d’impact est en passe d’afficher une forte hausse.

Preuve que les implications de l’investissement d’impact seront durables, deux tiers (66 %) des participants indiquent qu’ils vont certainement étendre leur évaluation des risques afin d’y inclure davantage de facteurs ESG. 64 % d’entre eux insistent sur le fait que la crise va nous forcer à repenser le modèle de l’actionnariat capitaliste, et 69 % s’accordent à dire que le comportement des entreprises pendant la crise déterminera leur attractivité en termes d’investissement par la suite.

La santé se hisse au deuxième rang du classement des secteurs d’impact les plus prisés. 84 % des participants affirment avoir l’intention d’augmenter leur investissement dans le domaine de la santé au cours de l’année prochaine – proportion qui surpasse toutes les autres statistiques.

“Dans le monde, plus de 30 billions de dollars correspondent désormais à des investissements durables [1] et cette tendance est également à la hausse au sein de la communauté de fortunes privées (…) En observant la situation parfois difficile dans le monde, et les risques et vulnérabilités auxquels les individus et les entreprises sont confrontés en raison du Covid-19 et du changement climatique, les personnes fortunées veulent agir. C’est là que l’investissement intelligent et les grandes fortunes peuvent réellement faire la différence en matière d’investissement durable et ESG. Pour beaucoup, l’investissement responsable n’est pas seulement un acte éthique, mais il s’agit simplement de bonnes pratiques en affaires”

Dr. Rebecca Gooch, Directeur de Recherche – Campden Wealth

“Les investisseurs doivent relever le défi de gérer la vie de leurs familles et leurs portefeuilles en toute sécurité, en traversant la crise de 2020. Cela signifie qu’ils échangent davantage sur l’avenir, pour déterminer comment la fortune de leur famille peut mieux incarner leurs valeurs et le rôle qu’ils veulent jouer dans la société.

Les familles réfléchissent à l’impact de leur capital et prennent de plus en plus de mesures, en attribuant davantage de fonds pour résoudre nos problèmes environnementaux et sociétaux urgents dans le monde entier. Nous observons que les investisseurs avides d’effectuer cette transition cherchent des conseils dans ce domaine qui évolue rapidement. Ils souhaitent accéder à des opportunités de qualité, capables de fournir des résultats positifs et avantageux financièrement.”

Damian Payiatakis, Responsable de l’investissement durable et d’impact, Barclays Private Bank

[1] Global Sustainable Investment Alliance (GSIA), 2018 Global Sustainable Investment Review: http://www.gsialliance.org/wp-content/uploads/2019/03/GSIR_Review2018.3.28.pdf

Auteur de l’article : Wealth Monaco