right arrow sign on wall

HSBC AM choisit Carbon4 Finance pour réduire ses émissions

Semaine dernière, HSBC a annoncé sa volonté de s’aligner sur les objectifs de l’accord de Paris et pour ce passage vers une « économie prospère » pour reprendre les termes de son Directeur Général, elle s’appuiera sur l’expertise de Carbon4 Finance.

Lancé en 2016 la société Française Carbon4 Finance apporte au secteur financier un ensemble complet de solutions de données climatiques couvrant à la fois le risque physique (méthodologie CRIS: Climate Risk Impact Screening) et le risque de transition (méthodologie CIA: Carbon Impact Analytics).

Des méthodologies propriétaires qui permettent aux institutions financières de mesurer l’empreinte carbone de leur portefeuille, d’évaluer l’alignement avec un scénario compatible de 2°C et de mesurer le niveau de risques découlant d’événements liés au changement climatique.

Une approche qui a convaincu HSBC Global AM annonçant une collaboration avec Carbon4 Finance pour affiner son analyse de l’impact climatique et atteindre l’objectif zéro émission carbone pour l’ensemble de sa clientèle d’ici 2050; une transformation qui nécessitera au groupe bancaire entre 750 milliards et 1 billion de dollars de financement pour aider ses clients à réussir leur transition énergétique.

«Notre ambition zéro émission représente une avancée significative dans notre soutien aux clients alors que nous travaillons collectivement à la construction d’une économie prospère à faible émission de carbone.»

Noel Quinn Directeur Général de HSBC

Aujourd’hui, l’impact climatique des entreprises est évalué à travers un indicateur statique: l’intensité carbone, qui mesure, à un moment donné, les émissions de carbone de l’entreprise.

Pour atteindre l’objectif 2 °C de l’Accord de Paris sur le climat, il est également nécessaire de se pencher sur la réalité de l’engagement stratégique et financier d’une entreprise en faveur d’une transition bas carbone. La métrique développé par Carbon4 Finance permet de quantifier cet engagement grâce à un indicateur mesurant les «économies d’émissions de carbone».

«Si la mesure de l’empreinte carbone est désormais assez courante, mesurer l’impact réel des entreprises à moyen et long terme s’avère difficile. Cependant, nous pensons que la mesure des «émissions évitées » développée par Carbon4 Finance est un excellent moyen d’évaluer le trajectoire climatique des entreprises et c’est pourquoi nous avons choisi de l’intégrer. Cette nouvelle métrique climatique pourrait à terme jouer un rôle significatif dans notre processus global d’intégration des facteurs ESG, couvrant toutes les géographies et toutes les classes d’actifs »

Xavier Desmadryl, Global Head of ESG Research & PRI, chez HSBC Global Asset Management.

Que sont les « économies d’émissions de carbone» et pourquoi sont-elles si importantes à prendre en compte?

Afin d’évaluer l’alignement d’un portefeuille avec la transition bas carbone, il est nécessaire de regarder au-delà de l’empreinte carbone et d’identifier les opportunités et les véritables acteurs de la transition climatique: par exemple, en évaluant la capacité d’une entreprise à réduire ses émissions, en permettant à ses clients ou fournisseurs de décarboner les leurs, etc.

Carbon4 Finance a développé un indicateur supplémentaire au sein de sa méthodologie de risque de transition, Carbon Impact Analytics, pour calculer les économies d’émissions (scopes 1, 2 et 3) d’une entreprise pour orienter les investissements vers des solutions pour une économie décarbonée.

Pour Jean-Marc Jancovici, l’un des partenaires de Carbon4 Finance «afin d’apprécier dans quelle mesure une entreprise est résiliente, voir favorisée par une transition bas carbone, le calcul des émissions évitées est incontournable».

Une entreprise opérant dans un secteur à forte intensité de carbone pourrait contribuer de manière significative à la réduction des émissions en créant un produit ou un processus perturbateur. Par exemple, un fabricant d’isolants ou un fabricant de vélos peuvent émettre un volume massif de gaz à effet de serre en ne regardant que les émissions directes, mais ont néanmoins une contribution très positive à la transition climatique sur toute la durée de vie de leurs produits.

L’inclusion des économies d’émissions est cruciale pour aider à comprendre à quel point une entreprise est perturbatrice, soit par des processus plus efficaces, soit par des produits ou services à faible émission de carbone.

Les économies d’émissions sont calculées en additionnant les «émissions évitées» (en comparant l’entreprise à la trajectoire des entreprises de son secteur) et les «émissions réduites» d’une entreprise (en comparant les résultats de l’entreprise sur 5 ans) :

– les émissions évitées sont les émissions qui sont évités par les produits et services de l’entreprise; ils sont calculés en comparant les émissions à un scénario de référence sectoriel (c’est-à-dire un scénario AIE 2°C), ou à la substitution par des solutions bas carbone. Une entreprise évite les émissions s’il y a un gain positif entre les émissions induites de l’entreprise d’une part, et le scénario d’émissions sectorielles de référence d’autre part.

– les émissions réduites sont le volume des émissions abaissées grâce à l’efficacité d’un procédé sur une période de temps donnée : une réduction des émissions est une diminution réelle de l’intensité carbone de l’entreprise sur 5 ans. L’indicateur «économies d’émissions» est essentiel pour comprendre l’impact réel d’une entreprise.

Cet indicateur est un outil puissant pour identifier les entreprises déjà entrées dans la transition climatique et mesurer l’action de l’entreprise pour la transition bas carbone, en fournissant des chiffres beaucoup plus significatifs et tangibles que toutes les déclarations d’entreprises qui revendiquent la neutralité carbone .

Article: Joana Foglia

Auteur de l’article : Wealth Monaco