Jonas Englund

Interview Jonas Englund – Panthera Solutions – Monaco

Jonas Englund est un spécialiste de la finance verte chez Panthera Solutions – Monaco. Il a plus de 25 ans d’expérience dans les domaines de la banque d’investissement, du trading & des marchés financiers.


Wealth Monaco (W.Mc) : On note une demande croissante au niveau mondial des produits verts (obligations, ETF) mais en même temps les besoins en minerais extractifs, métaux ou terres rares (partiellement stimulés par les nouvelles technologies qui portent la transition énergétique) montrent une tendance de marché solide et qui génère de bons rendements pour les investisseurs. Les bourses internationales ne sont pas toutes prêtes pour les dérivés bas carbone. En tant que spécialiste des produits verts et des obligations en particulier, où voyez-vous le pivot possible pour créer un transfert de capital vers des produits plus durables?

Jonas Englund (JE) : Vos observations sont tout à fait correctes. Je pense qu’il existe plusieurs façons de créer le changement et d’orienter le capital vers le développement durable, quel que soit l’endroit où vous vous trouvez dans la chaîne de valeur. Cependant, cela nécessite des données d’impact basées sur des données scientifiques qui offrent transparence, comparabilité et responsabilité. Je crois que cela nous obligera également à mettre un prix sur l’utilisation du carbone et de l’eau. C’est aussi là que le capitalisme doit s’ajuster et accepter le fait que les ressources naturelles avec une population mondiale de 8 milliards d’habitants ne sont pas des ressources infinies libres de consommation. Nous devons également dépolitiser le débat et la manière dont nous combattons le changement climatique.

En tant que consommateur, vous aurez besoin de visibilité pour pouvoir prendre des décisions d’achat éclairées. L’investisseur a besoin de la même visibilité pour prendre des décisions d’investissement adéquates. Et les compagnies d’assurance ont elles aussi besoin de cette visibilité pour calculer les primes.

Prenons l’exemple de l’industrie automobile.

Avec la possibilité de payer un supplément pour une voiture dont la chaîne d’approvisionnement offre une empreinte carbone la plus faible possible, seriez-vous prêt à le faire? L’acier est une partie importante de la production d’une voiture et l’acier à faible teneur en carbone augmenterait le prix d’achat de 600$. Notez que les constructeurs automobiles sont discrets sur les coûts des intrants, mais en utilisant le tarif de 25% sur l’acier de l’administration américaine précédente extrapolé à 20%, il était d’environ. $600. Le prix moyen des voitures neuves aux États-Unis a dépassé les $40.000 en 2021. $600 représente un extra de 1.5% sur le prix au consommateur.

La rapidité de cette transition déterminera également quand le prix d’une voiture «bas carbone» commencera à devenir moins cher qu’une voiture «à haute teneur en carbone».

Si de plus en plus d’acheteurs étaient disposés à le faire, le coût de l’acier utilisant de l’hydrogène vert (HYBRIT fabriqué par le suédois SSAB) plutôt que du charbon à coke pour alimenter les hauts fourneaux qui transforment le minerai de fer en acier, diminuerait et les économies d’échelle pousseraient la courbe du coût de l’acier H2 sous celle du charbon, en raison de la demande de traction. L’industrie sidérurgique représente aujourd’hui 7% des émissions de gaz à effet de serre (SSAB).

W.Mc : En tant que fabricant de voitures, par exemple, pouvez-vous vous permettre de ne pas examiner votre chaîne de valeur et de planifier en conséquence?

JE : En effet. Cependant, vous avez peut-être réalisé des investissements importants que vous n’avez pas encore amortis et, par conséquent, vous n’aurez peut-être pas d’incitation financière à changer votre fabrication et / ou vos sous-fournisseurs même si la courbe des coûts bas carbone commence à paraître très attractive.

C’est là que je pense qu’il est nécessaire que les produits financiers entrent en jeu et comblent le décalage (temporel) de valorisation et justifient l’abandon du modèle de capex initial au profit d’une production bas carbone, en raison de notre crise climatique mais aussi pour éviter le retournement des actifs en actifs échoués ou l’augmentation des immobilisations de l’entreprise. Il peut s’agir d’un prêt ou d’une obligation de transition, comme les prêts et les obligations liés au développement durable.

W.Mc: La réglementation peut-elle jouer un rôle ici?

JE : Je crois que la réglementation peut conduire ce transfert de capitaux pour accélérer la transition nécessaire. La taxonomie de l’UE est un bon exemple d’une telle règlementation. En conséquence, un constructeur automobile européen doit désormais également inclure son empreinte carbone et voir s’il est dans la limite du respect de l’accord de Paris sur le climat. Les niveaux d’émission fixés favorisent la transition vers les véhicules électriques et à hydrogène. Le marché boursier est libre de mieux valoriser une entreprise qui fait passer son activité à haute teneur en carbone à une entreprise à faible émission carbone (éligible à la taxonomie de l’UE) en comparaison à une autre entreprise qui ne fait pas la démarche. Tous les cinq ans, les niveaux d’émissions se resserreront pour promouvoir une transition conforme à l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Je crois que la plupart des pays du monde, hormis les États-Unis et la Chine (qui ont leur propre taxonomie) appliqueront la taxonomie de l’UE. Au moins, le marché boursier américain comprend là où va l’avenir. Tesla se négocie à un rapport P/E de 1182+ tandis que GM est à 12 et Ford à 30 (TTM).

Les règlementations nationales et locales, comme l’incitation fiscale pour accélérer l’électrification des trains, jouent un rôle évident. Le pays, l’État ou la municipalité pourrait également offrir une remise sur les véhicules électriques (VE) pour accélérer la transition et / ou la construction de bornes de recharge pour véhicules électriques financées par une obligation verte souveraine ou municipale. Cela pourrait également être accompli grâce à des prêts d’une société de leasing ou du constructeur automobile lui-même.

Le fournisseur d’acier doit être en mesure de se procurer suffisamment d’énergie renouvelable pour remplacer l’utilisation du charbon à coke pour les hauts fourneaux. Il est probable qu’un haut fourneau nécessitera une puissance de charge de base, qui à son tour nécessitera un stockage d’énergie. L’hydrogène vert peut donc devenir une solution pour l’arrêt complet, car il permet de dimensionner l’électrolyseur en fonction du stockage d’hydrogène nécessaire pour transformer l’énergie renouvelable intermittente en énergie de charge de base.

L’objectif de SSAB (le fabricant de l’acier HYBRIT) est l’exploitation minière, la logistique et l’usinage sans CO2.

La croissance de l’hydrogène vert (énergie renouvelable) elle-même dépend naturellement du fait de pousser la courbe du coût en dessous de celle de l’hydrogène bleu (NatGas avec stockage de capture de carbone (CCS) et de l’hydrogène gris (NatGas sans CCS). Bien que les courbes du coût des énergies renouvelables et du stockage d’énergie diminuent rapidement, il est évident que nous devrions fixer un prix sur le carbone (et l’eau) lorsque nous comparons ces options.

W.Mc: Quelles seront les implications pour les sociétés pétrolières et gazières?

JE : Cela devrait inciter encore plus les sociétés pétrolières et gazières à abandonner le plus rapidement possible les combustibles fossiles au risque d’énormes dépréciations car de plus en plus d’actifs deviennent des actifs bloqués. Le marché des d’actions connaîtra très probablement des améliorations saines si la transition est réussie.

Enfin, nous devons intégrer le recyclage dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement. Par conséquent, nous devons examiner le flux des déchets et aspirer à réaliser une économie circulaire là où le matériau est réutilisable et trouver les meilleures applications possibles pour tous les autres déchets organiques, de biomasse et à haute teneur en BTU, le cas échéant. Cela tiendra également les constructeurs automobiles sur leurs gardes et à la pointe de l’innovation technologique. Et si une batterie au plomb acide bipolaire de 48 volts offrait une empreinte carbone inférieure à celle d’une batterie au lithium-ion? Si un nouveau produit intégrant une telle batterie pouvait créer de nouveaux gagnants et perdants dans la course vers le zéro émission ainsi que l’accessibilité, l’autonomie et le temps de charge. Et si les véhicules à pile à hydrogène offraient les émissions les plus faibles et un meilleur prix, une meilleure autonomie et un meilleur temps de charge / un remplacement rapide des piles à combustible?

C’est là que des produits financiers innovants sont nécessaires pour financer cette transition. Le défi ici est le risque technologique une fois le projet terminé. Il peut être atténué en testant la technologie à une plus petite échelle. Cependant, afin d’accélérer la transition, les garanties de prêt d’État et les produits d’assurance pourraient contribuer à atténuer le risque technologique. Les fonds de capital-risque et les fournisseurs de capital développement peuvent fournir des capitaux pour stimuler l’innovation technologique.

Je pense que la transition stimulera l’innovation tout au long de la chaîne de valeur, laissant plus de place à la collaboration entre les industries. En prenant l’exemple de l’automobile, Volvo et SSAB collaborent pour construire le premier véhicule au monde en acier sans fossile (HYBRIT), qui à son tour est une collaboration SSAB avec LKAB (société minière) et Vattenfall (société de services publics).1 Naturellement, toutes ces parties de la chaîne de valeur peuvent avoir besoin d’investissements qui nécessitent des solutions de financement de la transition environnementale et sociale.

L’exécution sera la clé du succès.

W.Mc: Quels instruments financiers pourraient contribuer au succès de l’exécution?

JE : Les prêts et obligations liés au développement durable se développent rapidement, mais je pense que davantage de produits ou de façons innovantes de déployer les mêmes produits sont nécessaires.

La bonne nouvelle est que la demande de produits durables l’emporte de loin sur l’offre. Les obligations vertes existent maintenant depuis plus de 10 ans et ont dépassé 1.000 milliards de dollars d’obligations cumulées en circulation. Le consensus prédit 5.000 milliards de dollars d’obligations vertes d’ici 2035.

Même si tous les nouveaux projets étaient des projets d’énergies renouvelables, cela ne suffirait pas pour lutter assez rapidement contre le changement climatique. Le besoin d’infrastructures de moyens de transport supplémentaires dans de nombreux pays est un autre frein à la croissance des énergies renouvelables. Jusqu’à présent, les obligations vertes et les produits similaires se sont concentrés sur les nouveaux projets. C’est formidable, mais je crois également que nous devons accélérer la transition des infrastructures déjà existantes et que nous avons donc besoin d’une solution pour remplacer les immobilisations.

La bonne nouvelle est que le financement de la transition sera probablement la plus grande opportunité de financement compte tenu de l’énorme base d’installations de combustibles fossiles dans le monde entier, nous devons donc attirer beaucoup de capitaux à cette fin.

La règlementation pourrait aider à faciliter cette croissance, impliquant l’assainissement et le plafonnement du risque environnemental lors de la fermeture ou du changement de matière première d’une centrale électrique au charbon. Les subventions et autres aides (par exemple, les garanties de prêt) pour les nouvelles technologies, les garanties de crédit à l’exportation pour la «technologie verte» ainsi que les crédits d’impôt pourraient tous jouer un rôle.

L’activisme des actionnaires (notamment de la part des propriétaires d’actifs) pourrait également accélérer la vitesse de transition.

Je pense que la transition se réalisera plus rapidement que le consensus actuel.

1https://www.ssab.com/news/2021/04/volvo-group-and-ssab-to-collaborate-on-the-worlds-first-vehicles-of-fossilfree-steel

Auteur de l’article : Wealth Monaco