L’édition 2020 de l’IPEM réunira cette année près de 2,900 sociétés de gestion, des acteurs du capital-investissement et de conseil. Ce sommet est destiné à rassembler les professionnels de la finance et les investisseurs afin de discuter des tendances et des approches respectives.

Le programme débutera avec une journée autour des thématiques d’identification des leviers de croissance pour 2020. Y seront étudiées les méthodes de « hacking de croissance » de certains fonds, ainsi que les modèles de croissance inclusifs et durables.

Les standards ESG sont devenus des considérations primordiales dans les politiques d’investissement de la plupart des gestionnaires d’actifs, et seront largement discutés durant cette conférence. L’exigence croissante des investisseurs institutionnels pour les valeurs ESG justifie l’importance qu’elles ont pris en tant qu’outil efficace de création de valeur dans leur portefeuille.

La deuxième journée sera consacrée au capital privé européen et abordera des problématiques autour du contexte économique, réglementaire et politique de l’Europe en 2020.

Alors que les marchés privés gagnent du terrain, la troisième journée sera destinée à rassembler des acteurs du Private Capital et surtout des LPs afin de mettre à jour les classes d’actifs, leur attractivité, les pratiques émergentes et les innovations.

L’IPEM 2020 a réalisé une enquête Européenne auprès de 370 professionnels de l’investissement. L’industrie Européenne du capital-investissement reste très optimiste quant à l’émergence de nouvelles opportunités en 2020. Dans un contexte économique où les investisseurs craignent moins l’avenir, et une industrie beaucoup plus optimiste qu’en 2019, l’étude indique globalement que :

• Les LP continueront à lever des fonds (72% vs 65% l) et à conclure des accords (71% vs 65%): une tendance à la hausse par rapport à 2019

• Ils ont moins peur d’une récession mondiale: 4 personnes sur 10 craignent une correction économique majeure en 2020 (vs 55% en 2019)

• Le Brexit et ses conséquences sont moins mentionnés comme une menace extérieure par rapport à 2019 (71% vs 80%)

• Une dynamisme de levée de fonds est prévue en 2020, globalement 66% des répondants estiment que les Family Office et les HNW représenteront les fonds les plus importants à venir, suivi par ordre décroissant des fonds de pension, gestionnaires de fortune et compagnies d’assurance.

• 60% prévoient de lever de nouveaux fonds en 2020

• Le nombre de GP évoluera en Europe (59% vs 54% en 2019)

Mais certaines tensions persistent et l’accès à des opportunités de croissance sera toujours difficile :

• Le déploiement est considéré comme difficile

• Seulement 17% mentionnent qu’il sera plus facile de trouver des opportunités d’investissement attractives en 2020

• 30% pensent que les transactions auront moins de levier qu’en 2019

• Peu de GP investissent en Amérique, en Asie et sur les marchés émergents

La transformation technologique est de loin la notion la plus citée comme ayant une contribution positive sur l’industrie à la fois par les fonds de moins de 100 millions et les capital-risque.

De même la cybersécurité est notamment plus citée cette année que l’année dernière dans la liste des points d’attractivité pour les fonds de capital-risque.

Les valorisations élevées sont le principal risque industriel et économique nommé par 9 sur 10 des professionnels du secteur. Ainsi sont-ils 86% à faire part de leur préoccupation et à craindre une augmentation significative en 2020. De manière logique, arrive en deuxième position le ralentissement de la croissance, véritable challenge pour les investisseurs en recherche de rendements élevés dans un environnement actuel de taux bas

Derrière cette enquête paneuropéenne de l’IPEM 2020, on peut apercevoir la responsabilité sociale sous-jacente des PE allant bien au-delà de leur domaine de finance pur.

Elles sont désormais conscientes et acteurs impliqués de leur impact sociaux-environnemental en matière de création d’emploi, de standards égalitaires, de développement technologique et de diminutions des risques environnementaux.

« En dépit de la prudence palpable des professionnels du capital-investissement à l’égard de l’économie européenne, ce baromètre souligne l’excellente humeur de l’industrie en ce début 2020 », note Antoine Colson, Directeur Général de l’IPEM. « Si l’environnement actuel, caractérisé par des valorisations élevées, devrait perdurer voire s’accentuer, les sociétés de gestion européennes montrent une grande confiance dans leur modèle et dans leur classe d’actifs. L’augmentation attendue des opérations transfrontalières confirme aussi que le capital-investissement est devenu une industrie à l’échelle européenne. Un autre enseignement de poids est l’émergence d’un modèle véritablement européen, qui place la contribution à la société et à ses différentes composantes ESG tout en haut de son agenda».

Article Joana Foglia