La Banque de France rejoint le CDP et devient la première banque centrale à demander aux entreprises de publier leurs données environnementales

Le CDP et la Banque de France ont annoncé que la banque centrale française est la première institution de ce type dans le monde à demander aux entreprises de publier leurs données environnementales par le biais du CDP, l’organisation à but non lucratif qui gère le plus grand système de publication de données environnementales du monde. La Banque de France rejoint les plus de 680 signataires actuels du secteur des marchés de capitaux, dont le montant d’actifs cumulés est supérieur à 130 000 milliards de dollars, qui demandent la publication de données environnementales par le biais du CDP (notamment la Banque européenne d’investissement, Deutsche Bank, AXA, Banco Santander, Crédit Agricole, Blackrock, HSBC et Vanguard).

En 2022, 10 400 entreprises cotées en bourse pour une valeur de marché cumulée de 106 000 milliards de dollars ont été invitées à répondre aux questionnaires du CDP sur le changement climatique et/ou les forêts et/ou la gestion durable de l’eau. Les lettres ayant été envoyées aux conseils d’administration des entreprises concernées en mars, la Banque de France sera donc signataire de la prochaine campagne du CDP, en 2023.

Première banque centrale dans le monde à rejoindre le CDP, la Banque de France aura accès à la base de données environnementales des entreprises la plus importante au monde, et elle l’utilisera pour orienter ses activités d’investisseur ESG qui doit aligner ses propres portefeuilles de fonds et de fonds de pension sur l’Accord de Paris : les portefeuilles sont alignés sur une trajectoire de 2 °C et des travaux sont en cours pour atteindre une trajectoire de 1,5 °C.

Cela fait partie de l’engagement de la Banque de France à se rapprocher de la neutralité carbone d’ici 2030. En 2021, environ 3200 entreprises, dont 1250 européennes représentant environ 75 % de la capitalisation boursière européenne, ont déclaré leurs données environnementales auprès des signataires du secteur des marchés de capitaux par le biais du système de publication du CDP.

« La Banque de France, et plus généralement les banques centrales, n’ont jamais été aussi engagées dans la lutte contre le changement climatique, car le changement climatique fait intégralement partie de nos missions. Nous agissons conformément à notre mandat et il n’y a rien de mieux que de montrer l’exemple. Nous soutenons l’action du CDP en faveur d’une plus grande transparence s’agissant de la publication de données environnementales, essentielle à la mise en œuvre d’une meilleure allocation du « capital vert ». Les données du CDP nous aideront à poursuivre notre ambitieuse stratégie d’investissement responsable vers la neutralité carbone. De plus, ces données nourriront également nos travaux d’intégration des considérations relatives au changement climatique dans le système de notation des créances privées de la Banque de France. »

Alexandre Gautier, Secrétaire général adjoint en charge de l’investissement socialement responsable 

L’an passé, la Banque de France a créé son nouveau Centre du changement climatique afin d’assurer un suivi attentif de l’ensemble de ses initiatives, de manière à garantir leur bonne coordination et à renforcer encore sa capacité d’action vis-à-vis du système financier au sens le plus large. Le Centre joue un rôle de plaque tournante pour l’ensemble des actions entreprises par les différentes directions générales de la Banque de France dans le domaine de la lutte contre le changement climatique et assure leur coordination.

Il garantit également la conformité des initiatives de la Banque avec les priorités définies par le Réseau pour le verdissement du système financier (Network for Greening the Financial System, NGFS), qui regroupe plus de 100 banques centrales et superviseurs bancaires déterminés, sur la base du volontariat, à contribuer au renforcement de la réponse mondiale nécessaire à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris et à l’amélioration du rôle du système financier dans la gestion des risques et la mobilisation des capitaux en faveur d’investissements verts et à faible émission de carbone.

« Le fait qu’une institution créant la monnaie et pilotant la politique monétaire d’une nation demande des données environnementale de meilleure qualité constitue une étape importante pour garantir que les marchés de capitaux disposent des informations dont ils ont besoin pour financer la transition. Ces données seront utiles pour les prises de décision de la Banque de France, qui aligne ses investissements sur l’Accord de Paris. Cela devrait créer un précédent parmi les autres banques centrales du monde, en particulier celles qui s’engagent pour l’accélération de l’action en faveur du climat par l’intermédiaire du Réseau pour le verdissement du système financier. »

Laurent Babikian, Directeur monde pour le secteur des marchés de capitaux du CDP

Les données collectées par le CDP alimentent la recherche ESG et les métriques liées aux prêts et produits d’investissement et indices « durables », notamment avec Bloomberg, STOXX, CPR Asset Management, Euronext, FTSE/Russell, MSCI et de nombreux autres fournisseurs de notations ESG et de données de premier plan. Elles facilitent aussi l’engagement des marchés de capitaux auprès des entreprises pour opérer de toute urgence la transition vers une trajectoire à 1,5 degré favorable à la nature et pour prendre des décisions plus éclairées en matière d’investissement et de prêts.

Source: CDP