marble toy

« La finance est le nerf de la guerre climatique. »

Le Climat Finance Day (CFD) s’est déroulé en présentiel et en distanciel ce jeudi 29 Octobre 2020, déclinant les thématiques autour de la réduction des activités carbone, de la relance économique durable, sans omettre de souligner l’importance du reporting extra financier.

Placé sous le Haut Patronage du Président de la République française, Emmanuel Macron, et du Ministre français de l’économie, des finances et de la Relance, Bruno Lemaire, la 6ème édition du Climate Finance Day s’est consacrée à la question de comment redémarrer l’économie réelle européenne et plus particulièrement de la place de la finance durable dans cette relance.

La Député française, Olivia Grégoire, représentant Bruno Lemaire à cette occasion, a insisté sur le rôle majeur que la finance doit jouer en matière de politique climatique, à la fois au niveau de l’engagement des grands acteurs économiques telles que les institutions bancaires et les grandes entreprises, des PME et ETI qui elles aussi doivent contribuer à cette transition écologique, mais également aux acteurs de la finance qu’elle encourage à publier sur leurs performances extra financières.

« La donnée doit être libre et dynamique. C’est un débat d’opinion et de société (…)  La performance extra-financière ne doit pas être un débat technique ; l’opinion publique doit pouvoir s’emparer de la mise en place et du suivi des indicateurs qui permettront de mettre en perspective l’impact écologique et social des entreprises ».

Député française, Olivia Grégoire

C’est un enjeu qui vise à utiliser ces indicateurs comme des outils de pilotage et de stratégie d’investissement, tout en répondant à une demande grandissante de la part des investisseurs qui souhaitent acquérir plus de visibilité.

C’est la mission que s’est fixée la taxonomie « verte » européenne qui exige plus de transparence de la part des entreprises par le biais d’un langage commun qui facilitera pour les régulateurs et les investisseurs la lecture, la comparaison, et compréhension de la politique de ces entreprises.

À ce jour, sont concernées les sociétés cotées de plus de 500 salariés (ainsi que les produits financiers type OPC, assurance-vie, portefeuille en gestion sous mandat) qui devront déclarer leur chiffre d’affaire ventilé par activité, en indiquant la part des activités vertes et celle de leurs investissements dans des activités « de transition ». 

Elles devront aussi indiquer leur performance par rapport aux critères techniques, et leur politique sociale (droit du travail, management, audits et rapports).

Les entreprises vont ainsi être soumises à des obligations de reporting nécessitant un volume important de collecte des données, d’analyses et d’efforts de publication. Rappelons-nous cependant qu’au 18ème siècle, la méthode de classification avait permis au père de la taxonomie moderne, Carl Linneaus, d’ordonner le chaos par un système méticuleux, en application encore aujourd’hui.

Bruno Lemaire – Discours en Novembre dernier lors du précédent Climate Finance Day, « la France considère que la finance est la meilleure arme pour gagner cette bataille. Je vous le dis : la finance est le nerf de la guerre climatique. »

Article: Joana Foglia

Auteur de l’article : Wealth Monaco