La France, envisage de devenir pionnière de la finance à impact

Le gouvernement français a lancé hier une initiative sur la finance à impact dont l’objectif est de faire de Paris le premier centre financier mondial de la finance à impact.

La finance durable promet d’allier rentabilité et soutenabilité. Branche de la finance durable, la finance à impact vise, en plus de la rentabilité financière, des performances concrètes sur certains facteurs extra-financiers. Elle met en avant une obligation de résultats. La mesure d’impact se révèle être un exercice difficile dont les fondements méthodologiques n’apparaissent pas encore suffisamment robustes.

Les défis de ces démarches émergentes

Ces démarches font face à des défis tels que la collecte de données fiables et leur coût élevé, la recherche d’une articulation entre l’impact et l’investissement socialement responsable et doivent tenir compte d’un cadre réglementaire européen en cours d’élaboration. La protection de l’épargnant et des investisseurs sera nécessairement au cœur d’une éventuelle régulation.

Consolider le développement de la finance à impact

L’évènement fondateur de cette initiative, « La finance à impact : effet de mode ou tendance de fond de la finance durable ? » a impulsé la consolidation et le développement de la finance à impact sur la place de Paris en réunissant tous les acteurs de ce champ en plein développement :

  • gestionnaires d’actifs,
  • investisseurs,
  • banques,
  • associations,
  • universitaires.

Les objectifs fixés

Les objectifs de la « taskforce » constituée et lancée le 25 mars et dont les travaux se tiendront sous l’égide de l’association FFT – Finance for Tomorrow, sont :

  • de poser une définition commune de la finance à impact, en s’appuyant sur les travaux existants, au-delà d’un ensemble de pré-requis permettant déjà d’identifier les acteurs concernés : l’intentionnalité, l’additionnalité, la mesure,
  • de définir des méthodologies de mesure de l’impact sur la base des  méthodologies existantes les plus pertinentes,
  • d’élaborer des recommandations pour garantir le leadership de la France en matière de finance durable en général et de finance à impact en particulier,
  • de promouvoir l’expertise existante au niveau de la Place de Paris.

Mon rôle de ministre de l’Économie et des Finances est de tout faire pour faciliter le développement d’une finance à impact et de permettre aux épargnants d’investir dans des produits qui ont du sens et qui correspondent à leurs attentes.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance

Cet événement fondateur est la première étape d’une initiative de place. Il s’agit de faire en sorte que les acteurs se parlent et s’entendent sur une définition commune et une grammaire partagée. La France a été pionnière en Europe sur le sujet depuis des années, elle doit tout faire pour le rester.

Olivia Grégoire, secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable

La conférence d’aujourd’hui marque une nouvelle étape décisive pour développer la finance à impact en France, la doter d’outils et de méthodologies robustes, et mettre en valeur l’expertise française. La finance à impact est un nouveau chapitre pour l’ESG qui doit permettre de répondre aux enjeux de transformation du secteur financier et aux attentes des citoyens et épargnants.

Thierry Déau président de Finance for Tomorrow

Source: Ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance

Auteur de l’article : Wealth Monaco