black an white photography of long table

La Transmission des Entreprises Familiales

Une nouvelle série de recherches menées par Barclays Private Bank (en France, en Allemagne, à Hong Kong, en Inde, en Italie, au Qatar, en Arabie saoudite, en Suisse, à Singapour, dans les Émirats arabes unis et au Royaume-Uni) indique que l’instauration d’une relation de confiance et de compréhension mutuelles entre les différentes générations sera la clé d’une transmission de patrimoine réussie au sein des familles fortunées ces prochaines années – une nécessité encore accentuée par la pression que la crise de la COVID-19 exerce sur les entreprises et les investissements.

Près de 25 000 entrepreneurs fortunés en Europe, Afrique, Asie et au Moyen-Orient devraient transmettre 15 000 milliards d’USD à la génération suivante d’ici 2030, ce qui fait du transfert de patrimoine une priorité absolue pour beaucoup de familles fortunées.

Recherche Smarter Succession de Barclays Private Bank : la recherche intitulée The Challenges and Opportunities of Intergenerational Wealth Transfer, menée par le service de veille économique mondial Savanta, a montré que les membres les plus âgés des familles fortunées craignent de confier la gestion de leur entreprise et de leurs investissements et s’inquiètent de la capacité et de l’implication de la génération suivante quant à la gestion du patrimoine familial.

Pour la jeune génération, ces inquiétudes aboutissent à un sentiment d’être moins bien préparés à reprendre les rênes, malgré un sens du devoir de faire perdurer l’héritage familial.

La recherche s’appuie sur une enquête réalisée auprès de plus 400 entrepreneurs fortunés internationaux, au patrimoine d’au moins 5 millions de GBP, des entretiens poussés avec 20 familles fortunées et leurs banquiers et intermédiaires, ainsi qu’une analyse comportementale indépendante.

Les créateurs de richesses font preuve de prudence dans la transmission de l’entreprise familiale

Cette série de recherches Smarter Succession de Barclays Private Bank, a conclu que près de six créateurs de richesses sur dix (57%) issus de familles fortunées estiment que la jeune génération (les 24-39 ans) n’est à l’heure actuelle pas parfaitement préparée à reprendre l’entreprise familiale, et 63% pensent que la génération Y n’est pas aussi déterminée que la leur à préserver le patrimoine constitué.

Les aînés se sentent personnellement liés à la réussite de l’entreprise, puisqu’ils ont souvent exercé une autorité particulière sur l’orientation de l’entreprise et des investissements, ils sont donc majoritairement (67%) réservés à l’idée de se retirer et, pour plus d’un tiers (35%), anxieux de la propension de la jeune génération à prendre plus de risques.

La prévalence de parcours scolaires internationaux chez les jeunes a fréquemment été citée comme un facteur clé dans la différence d’appétence pour le risque entre les générations, puisque 51% des Millennials sont titulaires d’un master ou d’un diplôme supérieur, contre 23% de leurs aînés.

La recherche Smarter Succession a révélé que, forts de parcours éducatifs et culturels diversifiés, les jeunes apportent des perspectives nouvelles dans les discussions familiales et qu’ils sont donc plus enclins à vouloir changer l’orientation de l’entreprise familiale. Toutes générations confondues, près de six membres de familles fortunées sur dix (58%) affirment que cette différence de conception de la vie a créé des tensions entre eux.

Beaucoup de familles ont toutefois déjà réparti la propriété de l’entreprise entre les générations, et 41% des Millennials sont actionnaires minoritaires de la structure familiale. Cela n’implique pas toujours un partage du contrôle, puisque 57% des aînés expliquent rester seuls décisionnaires de la stratégie d’entreprise.

La COVID-19 accentue encore la nécessité de planifier la succession

La pression qui pèse sur les familles pour organiser de façon adéquate la transmission de leur patrimoine a été accrue par les difficultés commerciales induites par la COVID-19. La crise sanitaire a amené près de quatre familles sur dix (38%) à repenser drastiquement leur stratégie financière, et 70% des répondants affirment que leurs principaux objectifs en termes de gestion du patrimoine ont changé, signe que les plans de transmission du patrimoine établis de longue date devront sans doute être revus.

La jeune génération éprouve le devoir de perpétuer l’héritage familial

Dans ce contexte, seuls 45% des membres de la génération Y s’estiment actuellement préparés à reprendre l’entreprise familiale, et 23% se sentent nerveux à cette perspective. Un sentiment renforcé par le fait qu’ils se sentent plus exclus des discussions sur l’entreprise familiale que leurs aînés (54% contre 69%), et ils sont plus de la moitié (53%) à déclarer ne pas avoir reçu de soutien émotionnel du décideur initial sur ces questions.

Malgré cela, 94% des Millennials s’attendent à prendre plus de responsabilités à l’avenir, et 69% éprouvent le devoir de faire perdurer l’héritage familial, ce qui montrent bien qu’ils aspirent à s’investir et à renforcer leur expérience, leurs compétences et leur réseau consultatif pour continuer à développer les intérêts de la famille et de son entreprise.

« La transmission du patrimoine d’une génération à l’autre est un sujet délicat pour les familles, qui s’est récemment mué en priorité absolue compte tenu des pressions induites par la COVID-19. Il est important que les familles discutent ouvertement et honnêtement de leurs priorités et de leurs inquiétudes, et qu’elles instaurent une relation de confiance entre les générations. Connaître les priorités et les inquiétudes des clients nous permet de travailler à leurs côtés et de s’assurer que leur héritage sera idéalement fait fructifier pour tous. »

« L’une des façons pour les familles de transmettre efficacement leur patrimoine à la génération suivante consiste, selon nous, à instaurer une gouvernance forte au sein du family office. En précisant ses valeurs ainsi que ses principes d’investissement et de gestion et en élaborant une vision commune de l’avenir, la famille s’engage dans une démarche prospective et axée sur la constitution d’un monde meilleur pour les futures générations. »

Effie Datson, Global Head of Family Offices chez Barclays Private Bank

« Les rapports entre les générations au sein des familles fortunées sont complexes, et les multiples influences culturelles, parcours éducatifs et cultures entrepreneuriales ne sont que quelques-uns des facteurs qui influent sur l’organisation de la planification des affaires et de la succession d’entreprise.

Bien souvent, les aînés auront constitué le patrimoine de leurs mains, ce qui rend naturellement délicate la transmission de ce patrimoine et du pouvoir à leurs enfants et petits-enfants. Pour surmonter cette difficulté, il est essentiel de mettre en oeuvre un plan permettant à chacun de mieux s’investir selon ses ambitions, que ce soit en qualité d’actionnaire, de dirigeant actif ou d’entrepreneur de demain. »

Grégoire Imfeld, fondateur de ONE Family Governance, basé à Genève et participant à Smarter Succession

Article : Barclays

Auteur de l’article : Wealth Monaco