Dimanche 18 septembre 2022, à l’occasion du Congrès international d’astronautique, les membres de la Fédération Astronautique Internationale (IAF) – établis sur 72 pays, avec la participation de 59 agences spatiales (NASA, ESA, CNES etc.) – ont voté pour l’admission du Bureau des Affaires Spatiales de la Principauté de Monaco au sein de la Fédération.

Cette adhésion s’inscrit dans la volonté de la Principauté de Monaco de participer au développement du secteur spatial aux côtés des agences spatiales internationales, notamment en vue d’aider la communauté internationale à une meilleure évaluation et compréhension des crises environnementales auxquelles nos sociétés se mesurent.

Les données d’observation d’origine spatiale sont aujourd’hui cruciales pour l’étude des bouleversements environnementaux tels que le réchauffement climatique, la disparition de la biodiversité planétaire ou encore l’accumulation des matières plastiques dans les océans – sujets qui sont au cœur des préoccupations de S.A.S. le Prince Albert II.

L’exploration spatiale est aussi une thématique à laquelle le Bureau des Affaires Spatiales, relevant de la Délégation Interministérielle chargée de la Transition Numérique, restera attentif, notamment du fait de l’implication directe de plusieurs sociétés ou startups monégasques dans le secteur.

Enfin, la résilience de nos systèmes d’informations reposant en partie sur les systèmes spatiaux de télécommunications, une fraction significative de l’implication du Bureau des Affaires Spatiales sera allouée aux problématiques des télécommunications par satellite, en continuité avec les activités déjà menées au sein de la Direction des Plateformes et des Ressources Numériques.

Les savoir-faire des acteurs du spatial monégasques pouvant contribuer à chacun de ces secteurs, l’un des objectifs du Bureau des Affaires Spatiales est d’établir un pont entre ces acteurs et les programmes spatiaux internationaux. Un autre sera de sensibiliser la jeunesse sur la diversité des activités spatiales et de leurs perspectives professionnelles.

Si la Principauté n’a pas pour ambition d’avoir un programme spatial à part entière, Elle essaiera néanmoins de contribuer au secteur en apportant, autant que possible, les compétences et les expertises issues de ses sociétés et milieux scientifiques.

Affaires Spatiales de Monaco

Exploration spatiale et durabilité

Les applications et les services spatiaux contribuent à améliorer la vie de tous sur la planète Terre. L’espace permet de mieux comprendre le climat, d’accompagner les êtres vivants vers une adaptation aux réalités environnementales changeantes et de découvrir de nouvelles voies pour vivre en équilibre avec l’environnement. La durabilité dans l’espace correspond à la sécurisation des orbites, des engins spatiaux, des fréquences et des ressources physiques qui sont essentielles à la viabilité future de l’exploration spatiale. Les normes et une meilleure compréhension des pratiques dans ce domaine permettra aux acteurs de promulguer de nouvelles applications pour aider à étudier, suivre, comprendre et protéger la planète Terre pour les générations futures.

Dans cette recherche d’un environnement spatial plus durable, l’accompagnement financier y joue également un rôle majeur. Selon un récent rapport de BryceTech, le secteur spatial en démarrage a enregistré 9 milliards de dollars d’investissements en capital-risque en 2021, soit une augmentation de 82% d’une année à l’autre; et 15,4 milliards de dollars ont permis d’alimenter la croissance rapide du secteur.

Affaires Spatiales de Monaco

Source: Direction de la Communication du Gouvernement Princier de la Principauté de Monaco