Inflation

Le Retour de l’Inflation

Wealth Monaco vous propose l’article de Thierry Crovetto analyse indépendant spécialisé dans la sélection de fonds chez TC Stratégie Financière à Monaco.

L’objectif de la gestion de portefeuille doit être double : l’optimisation du couple rendement risque et la préservation du capital en terme réel (au-dessus de l’inflation). L’inflation est donc au cœur de l’analyse des résultats de la gestion de portefeuille. Par ailleurs le niveau de l’inflation et celui des taux réels a des conséquences importantes sur l’évolution de certaines classes d’actifs.

Sur 50 années, l’inflation a été de 3.8% par an aux US et de 4.5% par an en Europe ; dans les années 70 elle a même été de 7.3% aux US et de 9.4% en Europe. On peut souligner que le taux d’inflation réel connu par le consommateur moyen dans l’économie réelle est beaucoup plus élevé que celui officiellement calculé par les instituts statistiques. L’inflation entraine donc une érosion monétaire qui peut être significative pour un investisseur sur le long terme qui correspond à une perte de pouvoir d’achat.

Un retour de l’inflation est-il possible ?

Plusieurs éléments militent pour un rebond de l’inflation cette année et au-delà :

1/ L’inflation devrait mécaniquement rebondir en 2021 notamment au premier semestre en raison des effets de base (prix du pétrole par exemple) et de la reprise de l’activité économique.

2/ La création monétaire a été massive l’an passé ; la Fed a ainsi monétisé le déficit budgétaire record de 2020 (15% du PIB). Pour le moment cette création monétaire n’a créé de l’inflation que sur les actifs financiers, elle pourrait arriver sur l’économie réelle.

 3/ Les Banques Centrales seront toujours très accommodantes. Elles auront du mal à marche arrière et semblent beaucoup plus souples, considérant leur objectif d’inflation en moyenne sur plusieurs années ; elles se sont ainsi engagées à laisser courir l’inflation. De plus, si l’inflation est une taxe pour les rentiers, elle est très favorable au désendettement des Etats et des entreprises.

4/ Les coûts de production mondiaux devraient augmenter en raison de mouvement de relocalisation, de hausses de salaires engagées dans plusieurs pays. Les pays développés devraient d’ailleurs importer de l’inflation de la Chine dont la devise s’apprécie. Les prix des matières premières pourraient également rebondir…

Les stratégies qui bénéficieraient d’un retour de l’inflation

Certains actifs bénéficient d’une hausse et/ou d’un niveau élevé de l’inflation.

  • Les obligations indexées sur l’inflation et surtout les points morts d’inflation (sans risque de taux) sont les instruments les plus purs. Après avoir touché un point bas en mars 2020, les points morts d’inflation ont rebondi à plus de 1% en Allemagne et à plus de 2% aux US. Il existe des stratégies pures « Inflation Break-Even » actives ou passives et des stratégies mixtes investissant à la fois dans les points morts d’inflation et les taux réels.
  • L’or et les autres métaux précieux comme l’argent, la Palladium et le Platine profitent notamment des taux réels négatifs. On peut aussi diversifier avec des actions de mines. C’est d’ailleurs un des seuls actifs capables de générer un rendement réel positif en cas de stagflation comme dans les années 70…
  • Les matières premières dans leur ensemble sont au plus bas par rapport aux actions et pourraient rebondir.
  • Les actifs réels côtés tels que l’infrastructure, l’immobilier ou l’énergie renouvelable ont leurs revenus indexés sur l’inflation. C’est également le cas des actions des sociétés bénéficiant d’un bon « pricing power », capables d’augmenter facilement ses prix.

Après des décennies de désinflation et de baisse des taux d’intérêts, il faut donc s’adapter en intégrant la possibilité d’un retour de l’inflation et de rebond des taux d’intérêts dans son allocation d’actifs

Article: Thierry Crovetto – TC Stratégie Financière / TC Formation / TCSF

Auteur de l’article : Wealth Monaco