Swiss Re

Transition énergétique : le ton monte chez les assureurs

Les assureurs et réassureurs européens renforcent leur politique sur le charbon et ne renouvellent pas certains contrats avec des sociétés considérées trop impactantes ou lentes à adopter une transition énergétique.

D’après Bloomberg, la société d’assurance AXA a l’intention d’abandonner son client RWE AG en raison des préoccupations liées aux opérations charbonnières du géant européen de l’énergie, et à ses mesures considérées comme trop lentes de réduction de son empreinte carbone.

RWE est l’un des plus grands exploitants de mines de charbon d’Europe et serait l’un des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre. L’entreprise s’est engagée à devenir une entreprise neutre en carbone d’ici 2040, avec des objectifs climatiques qui, selon un groupe de climatologues, sont conformes aux objectifs de l’Accord de Paris sur le changement climatique. Cependant l’assureur français prévoirait de rompre tous ses liens avec RWE d’ici la fin de 2022 et refuserait même d’assurer ses projets renouvelables.

Axa, qui a été le premier assureur à imposer des restrictions de souscription liées au charbon, et cessé d’assurer les mines de charbon et les centrales à la fin de 2020 après l’expiration d’un délai de grâce de deux ans. La politique interne de l’assureur lui interdit de fournir une assurance aux entreprises qui produisent plus de 20 millions de tonnes de charbon par an. Or les déclarations de la société RWE ont montré qu’elle avait extrait 65 millions de tonnes de charbon en 2020.

Plus de 20 assureurs et réassureurs ont adopté des politiques sur le charbon, mais d’après le Coal Policy Tool – qui évalue et compare les politiques adoptées par tous les acteurs financiers sur le charbon – seul AXA aurait annoncé une politique robuste de sortie du secteur alignée avec un objectif 1.5°C.

Le dernier article de ReclaimFinance indique que des 4 grands réassureurs mondiaux avec une politique sur le charbon comme Swiss Re, Munich Re, Hannover Re et SCOR, Swiss Re est la seule compagnie à avoir pris l’engagement d’appliquer sa politique aux traités de réassurance à partir de 2023. 

Swiss Re a annoncé cette semaine de nouvelles mesures pour soutenir la transition vers une économie nette zéro, englobant à la fois la gestion d’actifs et la souscription ainsi que ses propres opérations.

«Le changement climatique reste le plus grand défi auquel nous sommes confrontés en tant que société. Les enjeux sont importants et nécessitent une attention immédiate. L’adhésion à des émissions nettes nulles d’ici 2050 et la fixation d’objectifs climatiques concrets sont des premières étapes importantes. Ce qui doit suivre maintenant, c’est l’action. Nous progressons dans tous les domaines de notre activité pour accélérer la transition vers le net zéro. »

Christian Mumenthaler, directeur général du groupe Swiss Re

D’après le Production Gap Report, la production d’hydrocarbures doit baisser de 6% par an d’ici 2030. Dans cette perspective, le réseau Insure Our Future a écrit début Mars à dix des plus grandes compagnies de réassurance internationales, dont Munich Re, Hannover Re, SCOR, Berkshire Hathaway, Lloyd’s of London, MAPFRE et Vienna Insurance Group, pour leur demander de prendre des mesures afin d’exclure le charbon de leurs traités.

Les objectifs fixées par Swiss Re de réduction de carbone sont ambitieux et définis conformément au conseils scientifiques de 1.5°C et au protocole Net-Zero Asset Owner Alliance Target Setting Protocol.

  • Objectif 2025 de réduction de l’intensité carbone de 35% pour le portefeuille d’obligations d’entreprises et d’actions cotées; portefeuille immobilier direct déjà en avance sur la trajectoire de 1,5 °C d’ici 2025.
  • Objectif à long terme de retrait des actifs à base de charbon du portefeuille d’ici 2030.
  • Swiss Re s’engagera systématiquement avec les sociétés du portefeuille sur l’élaboration de stratégies climatiques dans le cadre d’un cadre d’engagement plus large.
  • Objectif d’augmenter de 750 millions USD les investissements dans les infrastructures renouvelables et sociales. En outre, objectif d’élargir l’exposition aux obligations vertes, sociales et durables à 4 milliards USD d’ici la fin de 2024 (contre 2,6 milliards USD à la fin de 2020).

Ces objectifs s’appuient sur la baisse déjà substantielle des intensités de carbone du portefeuille d’obligations d’entreprises et d’actions cotées de Swiss Re d’environ 30% entre 2015 et 2018.

AXA et Allianz, également membres de la Net-Zero Asset Owner Alliance ont eux aussi adopté des cibles de réduction des émissions de CO2 liées à leur portefeuille à l’horizon 2025, mais les métriques utilisées manquant encore d’homogénéité, il est impossible à ce jour de les comparer.

Article: Joana Foglia

Auteur de l’article : Wealth Monaco