EMPREINTE

Les banques lancent une API conforme aux exigences du GAFI pour la LCB des actifs numériques

Dans un environnement d’adoption rapide des actifs numériques, les règles et règlementations doivent s’adapter et travailler de pair avec des solutions techniques capables de soutenir l’application de la norme mondiale de lutte contre le blanchiment d’argent (LBC) et le financement du terrorisme (CFT).

Le Groupe d’action financière (GAFI) chargé d’élaborer des politiques de protection du système financier mondial contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et des armes de destruction massive, a reconnu la nécessité de clarifier davantage l’application des normes appliquées aux nouvelles technologies et aux fournisseurs. Pour ce faire,le GAFI a mis à jour ses instructions pour explicitement indiquer que les fournisseurs de services d’actifs virtuels, ou VASP, doivent partager les informations de l’expéditeur et du destinataire (bénéficiaire) dans les transactions de crypto-monnaie au-dessus d’un certain seuil.

«L’écosystème des actifs virtuels a vu la montée en puissance des crypto-monnaies, des “mixeurs” et “tumblers”, des plateformes et des échanges décentralisés ou d’autres types de produits et services qui permettent (ou donnent accès) à une transparence réduite et à une obscuration accrue des flux financiers, et notamment à l’émergence d’autres buisness modèles d’actifs virtuels ou d’activités comme les offres initiales de jetons (ICO) qui présentent des risques de blanchiment/ financement du terrosisme, y compris des risques de fraude et de manipulation de marché. »

GAFI

Les recommandationsstipulaient déjà clairement que les flux cryptographiques doivent

“obtenir et conserver les informations exigées et exactes «[sender]» du donneur d’ordre et les informations requises du bénéficiaire «[recipient]» et soumettre les informations aux institutions bénéficiaires (…) le cas échéant. En outre, les pays doivent veiller à ce que les institutions bénéficiaires (…) obtiennent et conservent les informations requises (pas nécessairement exactes) sur le donneur d’ordre et les informations requises et exactes sur le bénéficiaire… »

Afin d’amener les échanges cryptographiques et les entreprises traitant des actifs numériques vers un niveau règlementaire correspondant aux exigences du GAFI, le groupe de travail nommé TPR (dirigé par ING Bank, la Standard Chartered Bank, Fidelity Digital Assets, BitGo et d’autres membres de plus de 25 organisations , y compris l’actuel président du groupe de travail OSL) a dévoilé une nouvelle version de application (API) appelée Travel Rule Protocol (TRP).

Le but de l’API TRP version 1.0 est de permettre l’identification des données sur les donneurs d’ordre et les bénéficiaires des transactions cryptographiques conformément aux protocoles de lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et la connaissance du client (KYC) du GAFI.

Cette solution gratuite et facile à utiliser entre VASP devrait encourager l’adoption généralisée d’actifs virtuels entièrement conformes.

«Avec une approche initiale règlementaire, nous sommes activement impliqués dans différents groupes de travail pour soutenir la normalisation de cet écosystème émergent et pionnier d’une adoption massive.»

Hervé Francois, responsable de l’Initiative Blockchain des actifs numériques chez ING

En raison de sa simplicité, la mise en œuvre de l’API TRP peut être réalisée rapidement et permet aux VASP d’intégrer l’API directement dans les systèmes existants. Un certain nombre de membres du groupe de travail TRP ont créé des implémentations de l’API TRP qui peuvent être utilisées immédiatement, sans qu’il soit nécessaire de payer ou d’obtenir de licences pour utiliser le protocole.

Cette nouvelle version 1.0, utilise deux API RESTful simples pour interroger la propriété de l’adresse et envoyer les informations requises sur l’expéditeur et le bénéficiaire sur les transferts d’actifs virtuels entre les VASP et d’autres institutions financières.

“L’impulsion de créer l’API TRP est née de la volonté du groupe de travail d’assurer une voie facile vers la conformité aux règles, ainsi que la normalisation et l’interopérabilité des communications pour les VASP du monde entier.”

Maxime de Guillebon de SC Ventures, unité d’innovation, d’investissements et d’entreprises fintech de Standard Chartered.

«Notre API permet aux organisations de le faire à mesure qu’elles mûrissent, plutôt que d’essayer d’intégrer un certain nombre de solutions complexes déjà existantes pendant les périodes critiques.»

Travel Rule Protocole – TRP

En outre, l’API TRP comprend un mécanisme d’extension qui permet aux utilisateurs d’ajouter des fonctionnalités supplémentaires – qui peuvent être requises pour des raisons de conformité régionales ou spécifiques à l’entreprise – sans rendre le protocole de base plus complexe. L’API TRP permet à l’utilisateur d’origine de sélectionner le VASP bénéficiaire, la recherche dans le répertoire d’adresses et la validation avant l’envoi; et / ou un mélange de ces options. L’API donne également aux VASP bénéficiaires la possibilité d’empêcher les transferts indésirables des VASP émis sur la blockchain.

«Nous sommes enthousiasmés par l’avenir car TRP est évolutif dans le secteur financier tout en maximisant l’interopérabilité avec d’autres solutions émergentes.»

Hervé François, responsable de l’Initiative blockchain chez ING Bank et PDG de Pyctor, une solution de conservation d’actifs numériques

«À des fins de conformité, nous nous sommes assurés que l’API adhère strictement aux recommandations et aux règlementations concernant l’envoi rapide et sécurisé des informations exactes et requises sur le bénéficiaire et l’expéditeur.»

Andrew Davidson – TRP Working Group

Article: Joana Foglia

Auteur de l’article : Wealth Monaco