Private Banking Market Update 2021

«Private Banking Market Update 2021» : les Banques Privées Suisses Font Preuve de Résilience Face à la Pandémie

L’étude de PwC – « Private Banking Market Update 2021 » a été établi pour la huitième fois, auprès de 82 banques privées en Suisse, dont 6 transactions effectuées ont été examinées sur la base de 75 KPI. Avec les données collectées sur 16 ans, cette mise à jour fournit une vue d’ensemble de la situation actuelle du secteur bancaire privé suisse et donne un aperçu des développements.

Dans le secteur des banques privées aussi, l’année 2020 a été marquée par la COVID-19. Grâce à une reprise rapide des marchés mondiaux, les banques privées suisses ont toutefois pu augmenter leurs actifs sous gestion (AuM) de 2,8 % et se remettre ainsi relativement vite du choc de la pandémie, contrairement à d’autres secteurs. C’est ce que montre le nouveau « Private Banking Market Update 2021 » de PwC Suisse.

Les petites banques, perdantes parmi les institutions financières 

Bien que les voyages d’affaires et les visites personnelles de clients aient presque totalement disparu, les banques privées suisses ont enregistré un afflux net d’argent frais de 3,1 % en 2020, soit la plus forte croissance depuis plus d’une décennie. Les grandes banques, en particulier, ont connu une forte inversion de tendance, passant de – 1,1 % à + 3,4 % au cours des cinq dernières années.

D’une part, cela est dû à leur présence mondiale sur des marchés à forte croissance comme l’Amérique latine ou le Moyen-Orient ; d’autre part, les clients font davantage confiance aux grandes banques en temps de crise en raison de leur stabilité financière. En outre, les grandes banques disposent de plus de ressources technologiques pour s’adapter à l’évolution des conditions. Ces aspects peuvent sans doute également expliquer pourquoi les petites banques ont connu une sortie nette d’argent (- 2,8 %) en 2020, pour la première fois depuis cinq ans. Les développements se poursuivront également à l’avenir.

L’environnement de taux d’intérêt bas continue d’affecter les banques privées

La pression continue sur les marges dans le secteur de la banque privée pèse cependant sur l’ensemble de la branche, ce qui conduit à une marge de résultat d’exploitation historiquement basse de 82 points de base (PB) en 2020. Les grandes banques sont particulièrement concernées (- 11 à 67 PB). Les banques de taille moyenne ont pu stabiliser leurs marges bénéficiaires opérationnelles bien au-dessus de 90 points, tandis que les petites banques sont passées pour la première fois sous la barre des 90 points.

Le marasme général s’explique par la persistance d’un environnement de taux d’intérêt bas, qui a entraîné une forte baisse de la marge nette d’intérêts. « Nous nous attendons à ce que le produit net des commissions continue de baisser au cours des prochaines années en raison de la concurrence féroce entre les banques privées suisses, et à ce que la marge d’intérêt nette reste à son faible niveau », explique Martin Schilling, responsable Asset & Wealth Management FS Deals chez PwC Suisse.

Les activités de fusion et d’acquisition ralentissent, mais deviennent plus coûteuses

La faiblesse des revenus d’intérêts nets a également un impact négatif sur le rapport coûts/revenus (CIR), principalement des grandes banques, ce qui a entraîné une hausse du CIR médian global à 85 % en 2020. Malgré un rapport coûts/revenus relativement élevé, les banques privées suisses exercent une activité favorable au bilan, dans laquelle les actifs des clients sont détenus hors bilan.

Cela permet de réduire les actifs pondérés en fonction des risques et donc d’augmenter le rendement des fonds propres requis (RORE). Mais alors que les grandes et moyennes banques peuvent encore couvrir le coût de leur capital sur une base RORE, les petites banques détruisent continuellement la valeur actionnariale. Par conséquent, la pression de consolidation dans ce segment continue d’augmenter.

Toutefois, les activités de fusion et d’acquisition ont légèrement ralenti dans tout le secteur de la banque privée. En 2020, 6 transactions ont eu lieu, avec dans le viseur des acheteurs, des banques de taille moyenne représentant plus de 2 milliards de francs suisses. Toutefois, comme les petites banques restent soumises à des pressions pour être rentables, les transactions dans ce domaine devraient à nouveau augmenter à l’avenir.

L’étude complète (uniquement disponible en anglais) est disponible ici.

Auteur de l’article : Wealth Monaco