nuages

Les nuages s’accélèreront-ils dans le ciel de 2021?

Wealth Monaco vous propose le dernier article de Pier Alberto Furno – CEO de Nemesis SAM Monaco – société indépendante en gestion d’actifs, conseil en investissement, réception et transmission d’ordres et gestion de fonds pour ses clients nationaux et internationaux.

L’année 2020 restera dans les mémoires comme l’année d’une pandémie mondiale, la Covid 19 ayant provoqué la fermeture des économies mondiales, le blocage de la population dans le monde entier et engendré des conséquences économiques qui en théorie sont comparables à la grande récession de 1929.

L’économie a été détruite par la Covid-19 et le chômage est passé de creux historiques à des sommets historiques, sans toutefois freiner l’euphorie du marché.

Malgré cette sombre comparaison avec 1929, le S&P 500 a augmenté de 18,3% sur l’année et le Nasdaq de 45% pour la même période, ce équivaut à un marché haussier sur dix ans.

L’environnement actuel me rappelle de plus en plus le long été 1999 où la croissance et la technologie surperformaient largement le montant investit, quand les valorisations n’avaient plus d’importance, que les investisseurs de détail spéculaient alors que seules des projections irrationnelles de taux de croissance annoncés pouvaient justifier les valorisations, que le nombre d’introductions en bourse étaient au sommet et qu’un sentiment haussier euphorique était le consensus.

Le marché haussier qui a commencé en 2009 a finalement mûri et est entré dans la phase tardive d’une bulle épique qui éclatera quelque soient les efforts de la Réserve fédérale pour soutenir et manipuler le marché en injectant des liquidités et en maintenant des taux bas.

Au stade avancé d’une bulle des marchés, le comportement du marché est caractérisé par une avancée excessive et par des investisseurs de détail qui se comportent de façon irrationnelle et extrêmement spéculative. On constate d’une part que le S&P 500 ces 9 derniers mois est en hausse de 68% et le Nasdaq de 89,5% pour la même période, et d’autre part l’évolution des prix des sociétés comme Hertz ou Tesla

Il est intéressant de voir qu’aujourd’hui nous sommes confrontés à un niveau d’incertitude très élevé, avec des économies mondiales encore gravement handicapées par l’effet de la Covid 19 et qui connaissent probablement un ralentissement et un double creux, des troubles sociaux qui pourraient augmenter dans les mois à venir, un chômage à un niveau historique, l’afflux record des investisseurs dans les junk bonds alimenté par les incitations de la Fed, et le ratio du S&P 500 P/E à son plus haut niveau depuis dix ans alors que l’économie est à son plus bas.

À ce rythme, même la Fed sera bientôt à court de moyens

Malgré tous les éléments pointant dans une même direction, ce que j’ai appris au fil des ans et après plusieurs bulles de marché, c’est qu’identifier le jour, la semaine, le mois où le sommet du marché est atteint et où la bulle commencera à éclater est tout simplement une tâche impossible. En revanche, toutes les bulles finissent par éclater et tout comme en 2000 et en 2008 celle-ci arrivera précisément au moment où elle sera la moins attendue.

Sous de nombreux aspects, 2021 n’est pas 1999 mais elle ressemble à cette période interminable entre juin 1999 et août 2000 quand le marché continuait à monter et à atteindre de nouveaux sommets après des mois de croissance au risque d’éclater à tout moment.

Très probablement, à mon humble avis, cela se produira à la fin du printemps ou de l’été cette année lorsque le déploiement complet du vaccin contre la Covid aura lieu, les plans de relance seront réduits par la FED en même temps que la disparition de la menace de la Covid, et que l’accent sera alors mis sur les mauvaises conditions sanitaires de l’économie et sur les évaluations absurdes des marchés.

Cet évènement restera dans les mémoires comme l’une des plus grandes bulles de l’histoire des marchés et c’est un honneur de naviguer à nouveau sur un marché qui nécessite la force mentale et émotionnelle de rester fidèle à ses convictions et d’éviter le «comportement de masse».

Il est évident que 2020 n’est pas 1999 mais quelques phénomènes similaires inquiétants sont à nouveau présents et à mon avis les actions américaines sont dans une bulle aujourd’hui comme en 1999 et mon conseil est de sortir de la piste de danse et de quitter la fête.

Article traduit de l’anglais : Pier Alberto Furno – Nemesis SAM Monaco

Auteur de l’article : Wealth Monaco