Graph

L’essor du marché de la dette verte, sociale et durable (GSS)

Climate Bonds Initiative, une organisation à but non lucratif axée sur les investisseurs et qui promeut les investissements à grande échelle dans une économie à faible émission de carbone, a publié son rapport Sustainable Debt-Global State of the Market, qui évalue l’ampleur des marchés de la dette verte et sociale à la fin 2020.


Aucune industrie ou entité ne peut être laissée pour compte dans la transition vers une économie neutre en carbone. Le développement d’instruments pour accueillir un plus large éventail d’émetteurs et d’activités est essentiel pour étendre le marché obligataire thématique et peut aider les investisseurs à constituer des portefeuilles diversifiés.

Le dernier rapport de Climate Bond Initiative – Sustainable Debt – Global State of the Market – évalue l’ampleur des marchés de la dette verte, sociale et durable (GSS) fin 2020, englobant les marchés verts établis, et l’expansion des labels portant sur le social et le durable.

Selon ce rapport, le marché de la dette durable a atteint un total cumulatif de 1.700 milliards de dollars fin 2020, avec près de 10.000 instruments émis sous les labels GSS depuis 2006.. La thématique verte cumulée s’établit à 1.100 milliards de dollars (après avoir atteint le seuil des 1.000 milliards de dollars début décembre 2020), les obligations de développement durable totalisant 316,8 milliards de dollars, suivies de très près par les obligations sociales avec 315,6 milliards de dollars.

700 milliards de dollars d’instruments verts, sociaux et durables ont été émis au cours de l’année civile 2020, soit près du double qu’en 2019 (358 milliards de dollars), indiquant la forte croissance de la dette durable malgré l’impact de la Covid.

Alors que la thématique verte reste dominante et réunit la plus grande part du capital des investisseurs, les labels sociaux et de développement durable ont connu une croissance spectaculaire et atteignant des volumes plus élevés que toutes les années précédentes combinées. Par conséquent, les émissions totales en 2020 ont été réparties plus uniformément sur les trois grandes thématiques par rapport aux périodes précédentes.

Alors que la thématique verte reste dominante et réunit la plus grande part du capital des investisseurs, les labels sociaux et de développement durable ont connu une croissance spectaculaire et atteignant des volumes plus élevés que toutes les années précédentes combinées. Par conséquent, les émissions totales en 2020 ont été réparties plus uniformément sur les trois grandes thématiques par rapport aux périodes précédentes.

Une augmentation du nombre d’analyses externes a mis en évidence l’importance que les investisseurs accordent à l’intégrité du label vert. Cette augmentation survenant essentiellement dans la catégorie Opinion de deuxième partie (SPO). Le nombre d’obligations climatiques certifiées s’est accéléré avec l’équivalent de 51,5 milliards de dollars de certifications en 2020 et a atteint un total cumulé de 154,7 milliards de dollars à la fin de l’année.

Obligations souveraines vertes, sociales et durables

Fin 2020, 97,7 milliards de dollars d’obligations souveraines vertes, sociales et durables ont été émis depuis 22 sources. Le vert reste le thème dominant, mais des obligations sociales souveraines ont été émises pour la première fois en 2020 par le Chili, l’Équateur et le Guatemala et trois états, le Luxembourg, le Mexique et la Thaïlande, ont introduit des obligations durables.

Obligations vertes

Le marché de la dette verte pour 2020 s’établit à 290 milliards de dollars, enregistrant une augmentation de 9% par rapport à 2019 grâce à un troisième trimestre solide. Alors que le nombre d’émetteurs a augmenté, le nombre d’instruments a diminué. La taille moyenne des instruments individuels émis sous le label vert est le plus petit des trois thèmes, ce qui suggère que le marché de la dette verte a un large attrait parmi une gamme de types d’émetteurs. De nombreux petits instruments émis par les municipalités américaines et la “Fannie Mae” (FNMA) sous le label vert sont les principaux contributeurs qui constituent la base de cette croissance d’émetteurs.

  • 80% du volume vert global proviennent des marchés développés en 2020, contre 73% en 2019. Les marchés émergents représentent 16% contre 22% l’année précédente, tandis que la contribution des entités supranationales est de 4% contre 5% en 2019.
  • L’Europe est la plus grande source de dette verte en 2020, représentant 165 milliards de dollars ou 48% du total.
  • L’Amérique du Nord est restée globalement stable par rapport à l’année précédente avec 61,5 milliards de dollars d’obligations vertes contre 60 milliards en 2019.
  • Le marché des obligations vertes en Chine a souffert des ramifications de la pandémie de la Covid-19. Dans l’ensemble, les obligations des entités chinoises n’ont atteint que 22,4 milliards de dollars, soit 70% du total atteint en 2019 (de 31,4 milliards).
  • Ensemble, l’énergie, les bâtiments et les transports sont respectivement les trois plus grandes catégories d’utilisation des produits (UoP), contribuant à 85% du total en 2020. L’énergie et les transports, ainsi que l’utilisation des sols, ont été les seules catégories à se développer en 2020.

Obligations durables

En 2020, le montant de la dette émise sous le thème de la durabilité a atteint 159,8 milliards de dollars, soit 2,3 fois le niveau de 2019. Un plus grand nombre d’émetteurs sont entrés sur le marché et la taille des instruments individuels, en moyenne, est trois fois plus importante que l’année précédente. Les instruments individuels ont augmenté en taille et sont plus importants en moyenne que ceux émis sous les labels verts ou sociaux.

  • En 2020, les émissions d’obligations durables ont augmenté de 131% par rapport à 2019. Globalement, les entités supranationales représentent 63% du volume, les marchés développés 32% et les marchés émergents 5%. Cela se traduit par une croissance à la fois des supranationaux et des marchés développés par rapport à 2019, tandis que le volume des marchés émergents a chuté de 9% par rapport à l’année précédente.
  • La majeure partie de cette croissance de 260% des émetteurs supranationaux provient des banques de développement, en particulier des institutions financières internationales (MDB). Le principal moteur étant la Banque mondiale, mais d’autres acteurs tels que la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) ont aussi lancé des obligations durables en 2020.
  • L’Europe a connu une croissance solide de 43% (31,6 milliards de dollars contre 22,2 milliards en 2019), représentant 20% des émissions totales de 2020 et se classant deuxième après les entités supranationales.
  • L’Amérique du Nord figurait parmi les régions affichant le développement le plus impressionnant. Les émissions ont augmenté de 164% d’une année sur l’autre, passant de 3,9 milliards de dollars à 10,4 milliards en 2020.

Obligations Sociales

Le marché des obligations sociales a explosé en 2020, avec 249 milliards de dollars, soit une augmentation de plus de 10 fois (1022%) d’une année sur l’autre, la plus forte croissance annuelle de tous les thèmes depuis la création du marché de la dette verte, sociale et durable. Le nombre d’émetteurs utilisant des labels sociaux a augmenté de 1107% passant de 45 milliards de dollars en 2019 à 543 milliards en 2020, et englobant un panel de pays et de devises plus large que jamais.

Cette croissance spectaculaire peut être largement attribuée aux effets de la pandémie de la Covid-19 et au désir croissant des émetteurs d’obligations de s’attaquer de manière stratégique à la santé et à d’autres problèmes sociaux.

  • Les émissions ont grimpé en flèche dans presque toutes les régions en 2020. Dans l’ensemble, avec la pandémie comme sous-label des obligations sociales, toutes les régions ont vu une augmentation des émissions en dehors de l’Afrique.
  • Les obligations de la pandémie ont largement contribué à cette croissance car elles représentent 34% des émissions d’obligations sociales en 2020.
  • La Chine avec 68 milliards de dollars d’émissions et les entités supranationales avec 77,7 milliards de dollars ont contribué le plus au volume d’émissions de 2020. La France s’est classée troisième avec 52,5 milliards de dollars et le Japon quatrième avec un total de 8,8 milliards de dollars.

L’Europe représente le plus grand marché des obligations vertes au monde, qui s’est développé sous le leadership de l’UE. Plusieurs pays européens ont émis des obligations souveraines Vertes, Sociales, et Durables. L’UE a déclaré son ambition de devenir le premier bloc climatiquement neutre d’ici 2050, et cet objectif se poursuit en reliant la politique et le budget, avec le fort support de la règlementation et des institutions, dont la BCE.

L’UE est le plus grand émetteur d’obligations vertes, sociales et durables, avec son entrée sur le marché obligataire en 2020 des obligations européennes SURE. La présence d’un émetteur d’une telle envergure et d’une qualité de crédit élevée contribue à la création d’une source de financement transparente et liquide pour les entités souhaitant accompagner la transition vers la neutralité carbone via les marchés de la dette.

La semaine dernière, Climate Bonds Initiative a organisé les Climate Bonds Awards afin de récompenser les principales organisations, institutions financières et gouvernements qui ont mené le développement des marchés de la finance verte au cours de l’année écoulée.

Cet évènement international reconnait le leadership, les best pratices et l’innovation dans la finance verte et durable avec 23 catégories englobant les obligations, les prêts, les sukuks, les catégories sociales et de durabilité et les développements importants du marché de l’investissement basé sur le climat.

2021 Climate Bonds Awards :

● Largest External Review Provider in Number of Deals of 2020 –CICERO.Green

● Largest Verifier for Certified Climate Bonds of 2020 – Sustainalytics

● Largest External Review Provider of 2020 in Volume – Sustainalytics

● Largest Green Sovereign Bond in 2020 – Allemagne

● Largest Certified Climate Bond in 2020 –Société du Grand Paris

● Largest Subnational Green Bond of 2020 – Société du Grand Paris

● Largest Green Sukuk in 2020 – Republique d’Indonésie

● Largest Emerging Market Certified Climate Bond in 2020 – Governement du Chili

● Largest Development Bank Green Bond in 2020 – KfW

● Largest Green Asset-Backed Security of 2020 – Freddie Mac

● Largest Financial Corporate Green Bond of 2020 – Digital Realty Trust

● Largest Non-Financial Corporate Green Bond in 2020 – Volkswagen

● Green Market Pioneer: Ghana – Governement du Ghana

● Green Market Pioneer: Guernsey – Globalworth Real Estate Investments

● Green Market Pioneer: Kazakhstan – Damu Fund

● Green Market Pioneer: Qatar – QNB Bank

● Sovereign Green Market Pioneer – Egypte

● Sovereign Green Market Pioneer – Hongrie

● Sovereign Green Market Pioneer – Thaïlande

● Largest Sustainability Bond of 2020 – Alphabet Inc

● Largest Social Bond in 2020 – Union Européenne / SURE

● Largest Pandemic Response Bond in 2020 – EU SURE

● Transition Bond of the Year 2020 – EBRD

La croissance du marché des dettes vertes, sociales et durables démontre le rôle que la finance verte et durable peut jouer dans la transition vers une économie sobre en carbone, et les instruments labellisés devraient continuer à représenter des moyens courants de lever des capitaux.

De multiples influences vont probablement poursuivre leur développement au cours de cette décennie façonnant l’expansion du marché obligataire labellisé avec une harmonisation des taxonomies vertes, la montée en puissance des obligations souveraines vertes, sociales et durables et la mise en place de financements de transition.

Le rapport – Sustainable Debt: Global State of the Market 2020 – est disponible ici

Source: Climate Bonds Initiative

Auteur de l’article : Wealth Monaco