ESG

L’Investissement ESG franchit un cap en 2020

Une étude de Natixis Investment Managers indique que le nombre d’investisseurs professionnels appliquant des stratégies ESG est en augmentation croissante principalement pour mieux aligner le capital privé sur les valeurs des investisseurs et des organisations, mais aussi car les trois quarts des investisseurs professionnels considèrent que les facteurs ESG sont indissociables d’un investissement solide


Les institutions financières sont toujours plus nombreuses à déployer une large gamme de stratégies environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) pour répondre à la demande croissante en investissements plus durables, selon une étude publiée aujourd’hui par Natixis Investment Managers (Natixis IM). Environ trois quarts des investisseurs professionnels, dont 72 % des investisseurs institutionnels et 77 % des sélectionneurs de fonds professionnels, appliquent désormais des stratégies ESG, contre 61 % et 65 % respectivement depuis 2018.

La croissance de l’ESG s’est accélérée en 2020, dans un contexte marqué par un nombre sans précédent de lancements de produits dédiés et d’une collecte record pour ces fonds[1]. 68 % des sélectionneurs de fonds prévoient d’élargir d’avantage l’offre ESG de leur société cette année. Ils y sont poussés par la demande des investisseurs, qui découle d’une sensibilité sociale accrue (à 75 %) et du fait que l’investissement ESG a désormais atteint une masse critique parmi les investisseurs généralistes (50 %). Les autres facteurs qui, selon eux, stimulent la demande d’investissements ESG sont le désir des investisseurs de participer à l’économie verte (42 %) et les préoccupations liées au changement climatique (36 %).

« L’adoption rapide de l’ESG à l’échelle mondiale soulève des questions vis-à-vis de cette dynamique, va-t-elle va se poursuivre ou on se dirige-t-on vers une bulle. La réponse réside dans une plus grande connaissance des motivations des investisseurs, afin de déployer des stratégies ESG en phase avec leurs valeurs et pouvoir établir des attentes réalistes tant pour les résultats financiers que pour l’impact sociétal. »

Harald Walkate, responsable ESG de Natixis IM

Natixis IM a analysé les résultats d’une série d’enquêtes menées auprès d’investisseurs institutionnels, de sélectionneurs de fonds et de conseillers financiers sur la manière dont ils appliquent l’ESG. Lorsqu’on les examine sous l’angle de la dernière enquête menée par Natixis IM auprès des investisseurs individuels, la question de savoir si les investisseurs professionnels, les investisseurs individuels et leurs conseillers sont sur la même longueur d’onde concernant l’investissement ESG se pose.

77 % des sélectionneurs de fonds et 75 % des investisseurs institutionnels tiennent désormais compte des facteurs ESG. Les conseillers financiers sont du même avis : près de six conseillers financiers sur dix (59 %) s’attendent à ce que l’investissement ESG se soit généralisé d’ici cinq ans.

Grâce à la disponibilité de meilleures données ESG et à la standardisation des reportings, Natixis IM voit émerger un discours plus fort sur les mérites financiers de l’investissement ESG : plus de la moitié des investisseurs professionnels interrogés par Natixis IM (53 % des investisseurs institutionnels et 55 % des sélectionneurs de fonds) s’accordent désormais à dire que les entreprises ayant de meilleurs bilans ESG génèrent de meilleurs rendements. Plus de six conseillers sur dix (63 %) conviennent également que les stratégies ESG peuvent offrir un potentiel de surperformance par rapport aux marchés.

Des approches multiples de l’ESG : faire correspondre les motivations aux méthodes

La principale motivation des investisseurs institutionnels pour intégrer l’ESG depuis 2017 est de s’assurer que leurs actifs représentent mieux leurs valeurs. L’alignement des actifs et des valeurs est également l’une des principales motivations des sélectionneurs de fonds, juste derrière la demande des clients.

Trois quarts des investisseurs individuels (77 %) précédemment interrogés par Natixis affirment qu’il est important que leurs investissements et leurs valeurs soient alignés[2]. En outre, ce que les investisseurs disent souhaiter le plus d’une relation avec un conseiller professionnel, c’est qu’il identifie les investissements qui correspondent à leurs valeurs personnelles[3]. Il apparaît primordial pour les sociétés financières de comprendre cette attente, afin de pouvoir développer leurs offres ESG et adapter leurs stratégies afin de répondre au mieux aux objectifs – financiers et non financiers – de leurs clients.

« Bien que les approches puissent différer, l’objectif reste le même pour les investisseurs. Le succès d’une stratégie ESG réussie tient selon nous à cette diversité. Les problématiques ESG peuvent être complexes, et nécessitent souvent une approche à long terme, qui peut varier d’une région ou d’une culture à l’autre. Les gestionnaires d’actifs multi-boutiques sont particulièrement bien placés pour promouvoir une approche diversifiée de l’ESG, et ainsi adapter les meilleures stratégies aux objectifs et aux attentes de leurs clients. »

Estelle Castres, co-directeur de la distribution, France, Belux, Genève, Monaco et Israël chez Natixis IM

L’enquête met en évidence les approches suivantes adoptées par les investisseurs professionnels :

  • Intégration : L’approche la plus répandue, adoptée par 54 % des sélectionneurs de fonds et 48 % des investisseurs institutionnels, consiste à intégrer l’analyse des facteurs ESG dans le processus d’investissement global, en tenant compte des problèmes qui pourraient affecter de manière significative la performance de l’entreprise.
  • Filtrage négatif : Quatre sélectionneurs de fonds (42 %) et investisseurs institutionnels (40 %) sur dix ont recours au filtrage négatif. L’exclusion d’entreprises ou de secteurs jugés non éthiques ou nuisibles, une approche adoptée par les premiers adeptes de l’investissement socialement responsable dans les années 1970, est tombée en désuétude auprès de nombreux investisseurs, faute de preuves convaincantes qu’elle produisait un avantage financier ou sociétal. Le nombre de sélectionneurs de fonds ayant recours au filtrage négatif a diminué de 15 % entre 2019 et 2020.
  • Actionnariat actif : Plus d’un tiers des investisseurs professionnels, dont 35 % des sélectionneurs de fonds et 34 % des investisseurs institutionnels, abordent les questions ESG en exerçant leurs droits de regard et leur voix pour provoquer des changements, soit une augmentation de 45 % et 51 % respectivement en 2020 par rapport à 2019. Parallèlement, 35 % des investisseurs institutionnels affirment que l’une des principales raisons pour lesquelles ils mettent en œuvre des stratégies ESG est d’influencer le comportement des entreprises.
  • Investissement à impact : 42 % des sélectionneurs de fonds et 34 % des investisseurs institutionnels sont engagés dans l’investissement à impact, avec l’intention de générer et de mesurer des avantages sociaux et environnementaux parallèlement aux rendements financiers.
  • Investissement thématique : 43 % des sélectionneurs de fonds et 28 % des investisseurs institutionnels se concentrent sur l’investissement thématique, qui recherche des opportunités dans les tendances émergentes telles que celles induites par les changements démographiques, l’innovation et les priorités sociales ou politiques

Le rapport complet de l’enquête de Natixis IM sur les sélectionneurs de fonds « ESG Investing : Everyone’s on the bandwagon » est disponible ICI.

  1. [1] © 2021 Morningstar, Inc. Global Sustainable Fund Flows: Q4 2020 in Review. Tous droits réservés. Les informations contenues dans le présent document : (1) sont la propriété de Morningstar et/ou de ses fournisseurs de contenu ; (2) ne peuvent être copiées ou distribuées ; (3) ne constituent pas un conseil d’investissement offert par Morningstar ; et (4) ne sont pas garanties comme étant précises, complètes ou opportunes. Ni Morningstar ni ses fournisseurs de contenu ne sont responsables des dommages ou pertes résultant de l’utilisation de ces informations. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs. L’utilisation des informations de Morningstar ne signifie pas nécessairement que Morningstar, Inc. approuve la philosophie ou la stratégie d’investissement présentée dans cette publication. Reproduit avec autorisation.
  2. [2] Enquête mondiale 2018 sur les investisseurs individuels de Natixis Investment Managers, réalisée par CoreData Research en août et septembre 2018.
  3. [3] Enquête mondiale 2019 sur les investisseurs individuels de Natixis Investment Managers, réalisée par CoreData Research en février et mars 2019

Auteur de l’article : Wealth Monaco