Ce mardi au Novotel, le Conseiller de Gouvernement-Ministre des Finances et de l’Économie Monsieur Jean Castellini, ouvrait la deuxième conférence Monaco Finance Durable, organisée sur le thème du plastique.

Un premier évènement de l’initiative gouvernementale Monaco Finance Durable, lancée par le Conseiller de Gouvernement-Ministre des Finances et de l’Économie Monsieur Jean Castellini, avait été organisé en Novembre 2022 autour de la transition énergétique.

Ce mardi 17 janvier 2023, c’était au tour du plastique d’être abordé et présenté sous différents angles, aux investisseurs monégasques. Un sujet auquel la Principauté est déjà très sensibilisée, notamment au travers des nombreuses actions menées par le Souverain, les associations et les fondations monégasques.

« C’est sans doute du fait de l’engagement de notre Souverain que le secteur bancaire et financier à Monaco a été pionnier dans le domaine du durable. Depuis 5-6 ans, le Fonds de Réserve Constitutionnel investit dans des fonds en capital investissement ou à travers des thématiques – comme celle présentée aujourd’hui – dans des domaines plus ciblés, comme la préservation des océans, ou la déplastification de notre planète ».

Conseiller de Gouvernement-Ministre des Finances et de l’Économie Monsieur Jean Castellini

Le plastique représente entre 19 et 23millions de tonnes qui arrivent chaque année dans les eaux de la planète. Une chaine de production et de recyclage non maitrisée. Or, selon les estimations du WWF, la production de plastique dans le monde devrait doubler d’ici à 2040.

Incinéré, enfoui, jeté dans les océans, le plastique entraine des coûts immatériels encore trop sous-estimés. La pollution plastique de sites très touristiques peut par exemple entrainer une réduction significative du PIB d’un pays ; le coût de la perte de la biodiversité – qui a pourtant des conséquences au niveau mondial – n’est pas imputé aux producteurs de ces plastiques, ni même aux utilisateurs négligents ; les troubles de la santé humaine causés par les micro plastiques pèsent sur les budgets de santé des états et des particuliers, sans toutefois être assumés par l’industrie plastique.

Ces conséquences sont désignées comme des « externalités négatives » et c’est un des points que cet évènement a tenté de mettre en avant auprès de l’assemblée d’investisseurs présents.

Monaco Finance Durable plastique

Détail du programme

Le premier intervenant, M. Remy Clenet, Directeur commercial des collectivités d’un des leaders de la valorisation des déchets plastiques – PAPREC – a abordé divers challenges liés à l’industrie du plastique, dont la réduction des déchets en amont, l’augmentation des taux de recyclage, le contrôle des prix de la matière première en pleine crise énergétique mais également de la nécessité d’une règlementation pour favoriser l’utilisation du plastique recyclé dans la chaine de production, qui reste plus coûteux qu’un plastique provenant directement de l’extraction pétrolière.

Ensuite, Me Virginie Hache Vincenot, Cheffe de projet énergie et innovation à la Mission de la Transition Énergétique a présenté les solutions au plastique à usage unique proposées en Principauté, et rappelé l’importance de l’engagement des établissements financiers – un secteur qui totalisait 4312 collaborateurs en décembre 2022 selon les chiffres de l’IMSEE – pour cibler la réduction des déchets, l’optimisation de l’énergie et la mobilité propre.

La partie finance était assurée par Victoire Carous co-Responsable de la stratégie d’investissement du fonds Private Equity Plastic Circularity au sein de Lombard Odier Investment Management (LOIM), qui a exposé la manière dont les investissements seront déployés pour assurer la lutte contre les déchets et le gaspillage du plastique, en partenariat avec l’Alliance to End Plastic Waste qui regroupe plus 70 multinationales opérant dans la chaîne de valeur du plastique.

Acteur monégasque au premier rang de la lutte contre plastique, la Fondation du Prince Albert II était représentée par son directeur scientifique M. Philppe Mondielli, dont l’éclairage a permis à de nombreux participants de mieux connaitre l’initiative Beyond Plastique Med, et plus particulièrement les actions de BeMed menées en collaboration avec des groupes industriels pour tenter de trouver des solutions à la réduction et à la gestion des déchets plastiques.

La réduction de l’usage et des impacts du plastique passe également par l’innovation, et ce que l’on appelle les bioplastiques. Pour incarner cette approche innovante et entrepreneuriale, Thibaut Monfort Micheo a présenté son projet d’emballage formulé à base d’algue.

Pour clore cette conférence, Maître Tassin Campanella, avocate à la cour de Paris, de Zurich, et Vice-Présidente de l’INDEMER à Monaco, et Maître Stéphanie Noël avocate au barreau de Paris et inscrite à Genève, ont échangé sous forme d’un dialogue dynamique sur la gestion juridique du risque plastique.

Monaco Finance Durable plastique

Article: Joana Foglia