élimination pollution plastique

La pollution plastique est un fléau mondial aux conséquences désastreuses pour la santé humaine et l’environnement. Selon la Fondation Ellen MacArthur, 8 millions de tonnes de plastique polluent les écosystèmes marins chaque année. C’est l’équivalent d’un camion poubelle déchargé en mer chaque minute. Si rien n’est mis en œuvre, ce nombre passera à deux camions poubelle par minute d’ici à 2030, et à quatre camions poubelle par minute d’ici à 2050. Il pourrait ainsi y avoir plus de plastique que de poissons dans l’océan à horizon 2050. Le « 7e continent de plastique » au large de l’Océan Pacifique serait déjà grand trois fois comme la France (1,6 millions de km2).

Mais contrairement aux idées reçues, l’essentiel de cette quantité énorme de déchets ne flotte pas à la surface. Les plastiques se morcellent avec le temps pour devenir des petits fragments ingérés par les poissons et animaux marins qui les confondent avec de la nourriture. 1,4 million d’oiseaux meurent chaque année de l’ingestion de plastique. De nombreux poissons ayant ingéré du plastique sont par ailleurs pêchés afin d’être consommés. Les micro-plastiques que nous ingérons ainsi ont un impact sur notre santé, encore mal connu. De plus, l’empreinte carbone du cycle de vie du plastique correspond à plus de 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit autant que le secteur de l’aviation.

élimination pollution plastique

Europe: les actions en cours

La décision de négocier un traité sur l’élimination de la pollution plastique a été actée en mars 2022. La première session de négociation du traité s’est tenue du 28 novembre au 2 décembre à Punta del Este, en Uruguay. Cette session a réuni près de 1 400 personnes, dont les représentants de plus de 160 Etats et environ 850 membres de la société civile. Elle a été l’occasion pour les Etats de préciser leurs ambitions pour le futur accord, qui doivent être les plus hautes possibles. L’Union européenne ont plaidé pour l’adoption d’un traité couvrant l’ensemble du cycle de vie des plastiques, avec des efforts de réduction, d’élimination et d’interdiction des plastiques et substances problématiques (additifs et produits chimiques), y compris les micro-plastiques et les plastiques à usage unique.

La France accueillera à Paris la prochaine session de négociations, fin mai 2023. D’autres sessions de négociations auront lieu avec pour objectif l’adoption du traité fin 2024. L’objectif est la mise en place d’obligations et de mesures de contrôle contraignantes sur l’ensemble du cycle de vie des plastiques.

élimination pollution plastique

Monaco «zéro déchet plastique à usage unique à horizon 2030»

De nouvelles mesures adoptées par le Gouvernement Princier pour atteindre l’objectif « zéro déchet plastique à usage unique à horizon 2030 », sont entrées en vigueur au 1er janvier 2023.

Elles sont venues renforcer l’arsenal réglementaire, dont se dote progressivement le Gouvernement Princier dans le cadre de son «Plan de Prévention et de Gestion des Déchets de Monaco à horizon 2030», applicable aux produits en plastique dont les déchets sont les plus retrouvés dans la nature, notamment en mer, et facilement substituables par des produits plus écologiques.

Sont désormais interdits en Principauté :

– les ustensiles de table en plastique à usage unique : pailles, touillettes, gobelets, couverts, assiettes, piques à steak, contenants en polystyrène expansé pour la vente à emporter, couvercles et moyens de fermeture de gobelets, pots à glace ;

– les articles suivants, s’ils sont en plastique à usage unique : Sacs de caisse, cotons-tiges, confettis, tiges de ballon de baudruche, jouets offerts dans les menus enfants, sachets de thé ou de tisane non biodégradables, emballages en plastique autour de certains fruits et légumes frais non transformés ;

– les produits à base de plastique oxodégradable ;

– les lâchers de ballons et de lanternes volantes ;

– l’utilisation de la vaisselle jetable lorsque le repas est pris sur place, dans un établissement de restauration ;

– les formules repas incluant une boisson conditionnée dans un contenant à usage unique (cannettes, bouteilles en plastique ou en verre etc.) à prix réduit ;

– la fourniture gratuite de couverts jetables dans la vente à emporter (ils sont payants et ne sont fournis que sur demande) ;

– l’impression systématique des tickets de caisse et de carte bleue. Toutefois, le client pourra toujours demander l’impression d’un ticket de caisse quel que soit le montant de ses achats.

En outre, les mesures suivantes doivent être respectées :

– l’obligation pour l’employeur de mettre à disposition de la vaisselle réutilisable sur le lieu de travail ;

– le droit de tout consommateur d’être servi dans son propre contenant réutilisable.

Les agents de la Direction de l’Environnement procèderont à des visites de contrôles régulières pour vérifier l’application de ces mesures par les établissements concernés.

élimination pollution plastique

Article: Joana Foglia – Source: MTE