Effie Datson, Global Head of Family Office, Barclays Private Bank

Smart Succession: les enjeux du transfert de patrimoine intergénérationnel dans les Family Offices

Alors que les Family Offices gèrent les actifs d’une manière similaire aux investisseurs institutionnels, les tensions familiales et les biais comportementaux peuvent avoir un impact sur le transfert de richesse.

Au cours de la prochaine décennie, les individus les plus riches du monde transfèreront collectivement plus de 15.000 milliards de dollars américains à la génération suivante. Ce transfert de richesse doit être géré avec soin, à la fois d’un point de vue commercial et émotionnel.

Barclays Private Bank, a mené des recherches pour mieux comprendre comment le renforcement de la confiance et de la compréhension entre les générations peut façonner le succès du transfert de richesse parmi les familles fortunées (HNW).

La recherche, Smarter Succession: The Challenges and Opportunities of Intergenerational Wealth Transfer, a identifié que les membres seniors de familles mondiales fortunées ont des inquiétudes quant à la délégation de la gestion de leurs entreprises et investissements, ainsi que la capacité et l’engagement de la prochaine génération à gérer les biens de la famille. Pour la jeune génération, l’enquête a révélé que certains se sentent moins préparés à prendre la relève, malgré un sens assez fort du devoir de perpétuer l’héritage familial.

La recherche est basée sur une enquête menée auprès de plus de 400 personnes HNW dans le monde ayant au moins 5 millions de livres d’actifs chacune, ainsi que des entretiens approfondis avec 20 familles HNW et leurs banquiers et intermédiaires, eux-mêmes étayés par une analyse comportementale indépendante.

Apprendre à faire confiance et à surmonter les biais heuristiques

Cette recherche a révélé que l’une des principales causes de tension au sein des family offices est le manque de confiance, influencé par les attitudes des jeunes générations face au risque et à leur appétit à faire évoluer les entreprises avec de nouvelles idées, en fonction de leurs expériences d’éducation internationale et leurs perspectives divergentes, par exemple autour de l’adoption de nouvelles technologies.

Sur les 400 individus fortunés interrogés dans le monde, plus de la moitié des créateurs de richesse (57%) s’inquiètent de la capacité de la prochaine génération à gérer l’entreprise familiale, et une proportion similaire (53%) exprime des difficultés à leur faire confiance avec la richesse et les investissements de la famille.

La plupart des personnes interrogées (67%) sont également très prudentes quant à l’abandon de leur autorité et souhaitent souvent rester aux commandes à un âge avancé. Il n’est pas rare que le chef de famille s’identifie étroitement à l’entreprise qu’il/elle a créée ou dirigée et trouve difficile de renoncer au contrôle. Ces comportements peuvent provoquer des tensions au sein de la famille lorsqu’il s’agit de transférer des richesses et d’identifier le prochain successeur.

La génération Y s’est tournée vers les nouvelles technologies

Un autre défi auquel sont confrontés les family offices dans le transfert de richesse est la différence de vision des générations. En effet, les jeunes voyagent davantage, partent plus facilement à l’étranger pour étudier et sont actifs sur les réseaux sociaux. Par conséquent, ils ont tendance à avoir une vision plus globale et à voir des opportunités différentes dans des secteurs qui n’existaient même pas il y a 30 ans.

Selon l’étude de la Barclays Private Bank, 30% des personnes de moins de 40 ans souhaitent accroître le patrimoine familial et sont moins enclines à maintenir une entreprise familiale d’une génération à l’autre. Cela peut expliquer pourquoi 35% des générations plus âgées craignent que leurs enfants prennent plus de risques lorsqu’ils reprendront l’entreprise familiale.

Ensemble pour agir positivement

L‘ampleur du transfert de richesse intergénérationnel à venir signifie qu’il n’y a jamais eu de moment plus important pour commencer à penser à la succession et à prendre en compte les intérêts et les perspectives de chacun. Les préjugés émotionnels peuvent être forts et persistants lorsque les membres de la famille parlent affaires et que la pandémie actuelle a changé les objectifs de beaucoup d’entre eux. Cependant, les différences entre les individus peuvent également créer de nouvelles opportunités.

Il est important que les familles discutent ouvertement et honnêtement de leurs priorités et de leurs préoccupations, afin de bâtir la confiance entre les générations. Un outil efficace consiste à discuter et à s’entendre sur un ensemble de principes régissant le patrimoine familial dans une charte familiale. En encourageant une communication ouverte et en se concentrant sur des objectifs communs, une charte du family office peut structurer et donner un but à l’héritage de la famille pour de nombreuses générations à venir.

La passion de la jeune génération pour l’investissement durable, motivée par un intérêt croissant pour les préoccupations sociétales et écologiques, est un bon exemple de nouvelles idées mises sur la table.

Un intérêt pour les questions environnementales peut également offrir aux plus jeunes membres de la famille la possibilité d’impliquer la richesse familiale dans des projets philanthropiques qui les intéressent.

Lors des discussions sur le transfert de patrimoine, plusieurs perspectives doivent être prises en compte et une bonne structure et de bons conseils peuvent faire en sorte que les actifs des Family Offices restent riches et utiles, non seulement pour les enfants mais aussi pour leurs propres enfants et petits-enfants.

Article: Effie Datson, Direction du Family Office, Barclays Private Bank

Auteur de l’article : Wealth Monaco