blue, yellow, and brown planet with black background

TCFD: Plus de Transparence sur les Risques “Climat” Profite à une Meilleure Allocation d’actifs

Créée en 2015 par le Conseil de Stabilité Financière (CSF) à l’issue de la COP21, la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) est un groupe de travail constitué de politiciens, de chefs d’entreprises et de sociétés financières reconnaissant l’importance de la transparence des risques liés au climat.  

Une entité constituée de 1500 partisans, dont les entreprises représentent une capitalisation boursière combinée de 12,6 billions de dollars, et les institutions financières près de 150 billions de dollars d’actifs sous gestion.

La TCFD publie son rapport 2020, sur la base d’une étude de 1700 entreprises analysées par l’intelligence artificielle. Les résultats montrent qu’en dépit des progrès parcourus, la nécessité de produire plus d’informations et de transparence en matière de climat reste essentielle. Le rapport met aussi en évidence le fait que les augmentations les plus significatives concernent les entreprises elles-mêmes les plus exposées au risque climatique.

À ce jour, plus de 1500 organisations ont exprimé leur soutien aux recommandations de la TCFD, soit une augmentation de plus de 85% depuis le rapport de 2019.

Cependant, malgré cet élan encourageant, le rapport 2020 souligne le besoin continu de progrès pour améliorer les niveaux de divulgation alignés sur la TCFD, compte tenu de la demande urgente de cohérence et de comparabilité dans les rapports.

En particulier, la divulgation de l’impact financier potentiel lié au changement climatique sur les activités et les stratégies des entreprises reste faible.

«Le travail que font les gouvernements et les entreprises pour faire face aux ravages causés par le coronavirus est également une opportunité de construire une économie plus forte, plus résiliente et plus durable – et la transparence et la divulgation ont un rôle important à jouer.

Plus les entreprises connaîtront leurs risques et opportunités liés au changement climatique, plus les investisseurs disposeront d’informations, et mieux nous serons en mesure d’allouer des ressources et de progresser – il est donc encourageant de voir des leaders des secteurs publics et privés mettre en œuvre la Task Force et les recommandations, comme indiqué dans ce rapport. »

Michael R. Bloomberg, président du groupe de travail et fondateur de Bloomberg LP et Bloomberg Philanthropies.

Les autres conclusions clés de l’examen du groupe de travail indiquent que:

• Les experts en charge de la communication financière ont identifié l’impact du changement climatique sur les activités et la stratégie d’une entreprise comme étant l’information «la plus utile» pour la prise de décision financière.

• Le reporting des gestionnaires d’actifs et des propriétaires d’actifs à leurs clients et bénéficiaires sont largement insuffisants.

«Les investisseurs exigent de plus en plus d’informations liées au climat de la part des entreprises dans lesquelles ils investissent, et cette demande stimule l’élan mondial autour des recommandations de la TCFD dans les secteurs financiers et non financiers.»

Mary Schapiro, chef du secrétariat du TCFD et vice-présidente des politiques publiques mondiales chez Bloomberg LP

Lors de la dernière conférence de presse, la secrétaire générale de l’UNISDIR, Mami Mizutori, affirmait que les coûts des catastrophes naturelles sont évalués à près de 3000 milliards de dollars depuis 2000, mais que le montant réel était sans doute plus élevé car un grand nombre de pays, notamment en Afrique et en Asie, ne fournissent pas d’informations sur l’impact économique.

Le changement climatique est un défi majeur pour le secteur de la finance
qui joue un rôle déterminant dans le financement de la transition vers une
économie bas-carbone.

En matière de risques climatiques on pense notamment aux risques physiques causés par un changement climatique pouvant impacter directement les actifs physiques, ou mettre l’activité économique en danger (immobilisations, arrêt momentané, et/ou définitif de l’activité). Des risques liés à des évènements climatiques comme la montée du niveau des eaux, l’augmentation de la température, ou des crises plus périodiques, comme les tempêtes, les inondations ou les épisodes de sècheresse.

Il y a également les risques de transition vers une économie bas carbone qui requière une évolution rapide et parfois radicale du cadre réglementaire, de la mise à jour des process, de l’application de nouvelles taxes, ou simplement d’un changement de comportement et des habitudes des consommateurs. Un exemple de l’impact financier du risque transition est celui des actifs échoués (stranded assets) qui afin de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C, devront être conservés dans le sol, chiffrant ce “sacrifice” selon l’IRENA à 12 000 milliards de dollars.

«Les recommandations du TCFD soutiennent une plus grande cohérence dans la divulgation des risques liés au climat par les entreprises du monde entier, ce qui contribuera à éviter la fragmentation du marché.

Le rapport montre qu’il y a eu une dynamique importante autour de l’adoption et du soutien des recommandations de la TCFD, tout en soulignant et en faisant des propositions pour relever les défis d’une mise en œuvre plus cohérente et plus robuste. ”

Président du FSB Randal K. Quarles

Face aux risques climatiques, l’objectif des investisseurs s’inscrit dans une stratégie long terme de protection – et de création – de valeur de leurs actifs. L’investisseur qui aligne son portefeuille sur une « trajectoire 2°C » identifie les enteprises, et les projets en accord avec une stratégie de décarbonisation.

Pour soutenir les efforts de mise en œuvre des entreprises, le TCFD publie deux documents d’orientation en plus de leur rapport 2020 :

• Des conseils sur la conduite d’une analyse de scénarios liés au climat; et

 • Des conseils sur l’intégration des risques liés au climat dans les processus de gestion des risques existants, et de la divulgation de ces processus.

Le rapport complet de 2020, les documents d’orientation et le document de consultation sont disponibles sur leur site Web. Le prochain rapport au FSB est prévu pour septembre 2021.

Article: Joana Foglia

Auteur de l’article : Wealth Monaco