the Next Normal

The Next Normal : la COVID-19 modifie les attentes des investisseurs en matière de rendement

Selon la dernière étude de Natixis Investment Managers – The Next Normal, la crise sanitaire à modifié en profondeur les attentes des investisseurs en matière de rendement.


Les attentes en matière de rendement à long terme divergent de plus en plus entre les investisseurs particuliers et les professionnels de la finance après la pandémie, selon les résultats de l’enquête mondiale – The Next Normal – menée par Natixis Investment Managers auprès de 8 550 investisseurs particuliers (dont 400 français) disposant de plus de 100.000 dollars d’actifs à investir. Celle-ci révèle qu’une forte proportion d’entre eux est optimiste au vu des rendements à deux chiffres obtenus en 2020, et s’attend à obtenir des rendements annuels de 13% supérieurs à l’inflation en 2021. Les professionnels de la finance mondiale prévoient, quant à eux, un chiffre beaucoup plus prudent de 5,3 % au-dessus de l’inflation cette année.

Les attentes des investisseurs sont déconnectées des craintes financières

Les investisseurs français restent plus rétifs à la prise de risques afin d’obtenir des rendements plus élevés – avec 46,5% prêts à en prendre, contre 53% des investisseurs européens y étant favorables. Toutefois, les investisseurs français et européens sont alignés (76% chacun) dès lors qu’il s’agit de préférer la sécurité à la performance des investissements, ou encore sur le sujet de la volatilité, avec plus de la moitié des investisseurs français et européens (56% et 52% respectivement) estimant qu’elle nuit à leurs objectifs d’épargne et d’investissement.

La volatilité se classe ainsi parmi les principales préoccupations en matière de risque pour les Français (à 34%), aux côtés d’une reprise économique lente (37,5%), mais également des hausses d’impôts potentielles : près de 34% les investisseurs français les citent comme l’une de leurs trois principales préoccupations. Les impôts constituent de loin la plus grande crainte des investisseurs français pour l’année 2021, à 45,5%, suivies par la crainte d’une dépense importante et inattendue (28%) et celle de ne pouvoir maintenir son niveau de vie (27%).

Les investisseurs tirent d’une « expérience Covid » relativement indolore des enseignements clés en matière d’investissement et de finances personnelles

La situation financière des investisseurs français a bien résisté à la pandémie, puisque près des deux tiers ont déclaré n’avoir subi aucun impact dû au Covid-19. Seulement 16% des personnes interrogées font ainsi état d’une perte de revenu en raison de la pandémie, avec 10,5% qui disent avoir subi un recul important dans leur sécurité financière (et 11% des européens dans leur ensemble – le chiffre le plus bas parmi toutes les régions). Six investisseurs français sur dix se disent rassurés de leurs finances et, plus de la moitié se disent confiants dans leur sécurité financière (55%).

Alors que l’enquête a révélé les différentes craintes financières des investisseurs français, la pandémie les a aidés à définir une ligne de conduite pour être mieux préparés à la prochaine crise. Lorsqu’on leur demande ce qu’ils ont appris de la pandémie, la plupart d’entre eux indiquent avoir abordé des questions clés en matière de finances personnelles : plus d’un tiers (34,5%) reconnaissent ainsi l’importance de contrôler leurs dépenses, et 24% ont réalisé l’importance de disposer d’un compte d’épargne d’urgence.

« La pandémie a mis à rude épreuve l’économie mondiale et les finances personnelles. Les investisseurs particuliers en ont tiré d’importantes leçons, à l’heure de la reprise, ils entrevoient des opportunités favorables à leurs actifs. Toutefois, ils devront déterminer de manière réaliste leurs attentes de rendement et les rationaliser en fonction de leur tolérance au risque. Pour ce faire, être accompagné par un conseiller financier sera des plus précieux. »

Aurélia Lovadina, Directrice des relations investisseurs de Natixis IM France

L’ESG s’installe durablement parmi les habitudes d’investissement

L’investissement ESG tire son épingle du jeu et s’installe parmi les préoccupations des investisseurs français : six sur dix déclarent ainsi investir ou être intéressé par les investissements ESG – et près d’un quart (24%) déclarent avoir augmenté leurs investissements sur ce segment lors de l’année écoulée. Cet attrait est motivé par plusieurs facteurs, notamment la performance de ces investissements (32% des investisseurs français considèrent que l’ESG offre de nouvelles opportunités de rendement) ou encore un engagement personnel : ils sont ainsi 57% à déclarer avoir la responsabilité d’aider à résoudre les problèmes de société par le biais de leurs investissements. Pour 34% d’entre eux, ils considèrent qu’il s’agit d’une « meilleure » façon d’investir et 40% déclare par ailleurs investir dans l’ESG afin de protéger l’environnement.

Les attentes des investisseurs en la matière se répercutent également sur leurs conseillers financiers : six sur dix attendent d’eux qu’ils examinent plus que les aspects financiers d’une entreprise. Les progrès à faire sont cependant importants : si plus de la moitié des investisseurs (54%) déclarent avoir été informés d’investissements à impact social ou environnemental positif par leur conseiller financier, seulement 43% d’entre eux se sont vu demander si certaines questions sociales et/ou environnementales étaient importantes pour eux, et 42% se sont vu fournir des informations convaincantes sur les performances ESG et/ou l’empreinte carbone de leur portefeuille.

Le rapport complet de l’enquête Global Individual Investor Survey 2021 de Natixis IM « The Next Normal » est disponible ici.

Source: Natixis – The Next Normal

Auteur de l’article : Wealth Monaco