photographie time lapse dans un tunnel

Un marché extra-financier qui manque de clarté

La demande croissante des prestataires de services, de notations, de données ou de méthodologies extra-financières pourrait participer à un manque de global de clarté.


Selon la dernière étudede l’European Fund Asset Management Association (EFAMA), les gestionnaires d’actifs en Europe gèrent près de 11 000 milliards d’euros d’actifs qui prennent en compte une certaine forme de considérations ESG.

L’EFAMA, la voix de l’industrie européenne de la gestion des investissements, a récemment rejoint l’appel des autorités françaises et néerlandaises des marchés financiers pour une réglementation européenne des données, de la recherche et des notations ESG.

Les gérants d’actifs européens observent une croissance à deux chiffres de la demande d’investissements ESG et les clients sont de plus en plus sophistiqués dans leurs préférences.

“Les gestionnaires d’actifs souhaitent encourager cette tendance d’investissement ESG en élargissant leur offre de produits durables et en fournissant aux investisseurs des informations fiables et comparables – également en réponse à la règlementation européenne introduite pour lutter contre le greenwashing et améliorer la transparence. Pour atteindre ces objectifs, les investisseurs ont besoin de données solides et fiables. Compte tenu du manque d’informations accessibles au public, les gestionnaires d’actifs dépendent fortement des informations fournies par des fournisseurs tiers de données, de recherches et de notations ESG, ce qui entraîne des coûts élevés et de nombreuses questions..”

Giorgio Botta, EFAMA Conseiller en politique règlementaire

L’étude de l’AMF intitulée «La mise à disposition de données extra-financières: cartographie des acteurs, produits et services» rend compte de ces évolutions et dresse une cartographie détaillée des acteurs du secteur (anciens ou nouveaux entrants) et des services qu’ils proposent.

Les conclusions de l’AMF et de l’EFAMA sont convergentes:

Augmentation et concentration des acteurs

Il est évident qu’une concentration croissante sur le marché des informations ESG, en partie due à l’activité de fusion, a entraîné une augmentation des coûts des données ESG. Certaines des acquisitions les plus récentes sont celles de Vigeo-Eiris / Moody’s Corp, Robecosam / S&P Global, Carbon delta / MSCI ou Sustainalytics / Morningstar pour n’en citer que quelques-unes.

Cette augmentation des coûts des données ESG, selon l’EFAMA “est particulièrement préjudiciable pour les petites entreprises qui ont moins de ressources et de pouvoir de négociation, et pour les investisseurs finaux qui paient finalement la note”.

Manque de transparence

Les études académiques s’accordent sur l’absence de convergence des notations extra-financières et sur la nécessité d’une plus grande transparence sur les méthodes.

“Les données et recherches ESG de tiers sont souvent incohérentes et les notations peuvent varier considérablement d’un fournisseur à l’autre. Cela limite la fiabilité, la comparabilité et l’utilité des informations fournies et expose les investisseurs au risque de greenwashing”.

EFAMA

Offrir plus de transparence permettrait aux gestionnaires d’actifs de s’assurer que les informations fournies peuvent être fiables dans le contexte de leurs stratégies d’investissement et de développement de produits. Une transparence qui sera essentielle en amont comme en aval car à partir de mars 2021, le règlement sur la divulgation extra-financière exigera que les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (FIA), les sociétés de gestion d’OPCVM, ainsi que les gestionnaires de portefeuille et les conseillers en investissement agréés au titre de la MiFID, devront mettre en œuvre des politiques et divulguer certaines informations sur leur intégration des risques de durabilité dans leurs décisions d’investissement et comment ces décisions affectent les facteurs de durabilité.

Malgré le retrait du Royaume-Uni de l’UE, le règlement sur la divulgation et le règlement sur la taxonomie ont été ajoutés à la liste de la législation de l’UE qui sera «délocalisée» par le Royaume-Uni. Par conséquent, tous les acteurs européens et britanniques devront renforcer la comparabilité et la confiance des investisseurs finaux, responsabiliser les acteurs du marché et éviter le greenwashing. Ils seront complétés par des règles permettant aux conseillers financiers de s’enquérir efficacement des préférences des investisseurs de détail en matière de durabilité et de distribuer des produits ESG.

“Pour améliorer la qualité de la recherche et des notations, et éviter des analyses factuellement incorrectes, et des conclusions trompeuses ou incorrectes, l’EFAMA suggère que les fournisseurs tiers devraient intensifier leur dialogue avec les entreprises notées. Cela les aiderait à produire des recherches et des notations qui saisissent mieux le contexte. dans lesquelles les entreprises opèrent “.

EFAMA

Améliorer le fonctionnement du marché des données, de la recherche et des notations ESG est essentiel pour que les gestionnaires d’actifs intègrent mieux l’ESG dans leur stratégie d’investissement et la divulguent aux clients.

Article: Joana Foglia – Source: EFAMA / AMF

Auteur de l’article : Wealth Monaco